Nov 30

Artisans du Monde au Collège Saint Dominique

Comme chaque année, « Artisans du monde » est dans les locaux du collège afin de sensibiliser les élèves au commerce équitable : une belle façon de préparer ses achats de Noël !

En effet, cette association  a pour but d’aider les pays du Sud à se développer. Les bénévoles vendent des produits artisanaux ou alimentaires biologiques en provenance de ces pays. Il s’agit d’un commerce équitable qui permet de payer les personnes qui les fabriquent sans passer par des intermédiaires.

Les produits proposés sont très variés. Les élèves ont pu acheter du café, du cacao, du chocolat, de la confiture, du nougat et des épices. Il y avait aussi des bijoux, des foulards, des décorations de Noël, des trousses. De quoi faire nos petits cadeaux de Noël tout en faisant une bonne action ! Une des bénévoles de l’association, Nicole Pierron nous explique combien c’est important pour elle de s’engager et d’aider ainsi les gens à vivre de leur travail.

L’association tient une boutique à Chalon sur Saône, 8 rue des Poulets où on peut acheter les produits qui ont été proposés au Collège. Grâce à Mme Joly, professeur de français et responsable de la pastorale,  l’association se déplace au collège tous les ans pour se faire connaitre et nous proposer ses produits.

Les élèves du collège apprécient cette initiative, comme Manon en classe de 5ème3 qui aimerait que cela continue l’année prochaine.

Estelle Penaud et Marie Gaëlle Penot 4ème4

Nov 30

Mentine privée de réseau

-9,5 ! A hurlé papa avec une tête de serial killer. Ma fille a sauté deux classes, a le QI d’Einstein et elle n’obtient pas la moyenne à son passage en troisième ! Dans ses conditions, ce sera donnant donnant. Une année scolaire pourrie égale un été pourri. C’est comme ça que j’ai été privée de mon stage de surf et de mes copines. La sentence est tombée : mon père me condamnait à deux mois d’exil dans le Larzac.

J’allais me retrouver sous la flotte à bouffer du fromage de chèvre dans un horrible sweet en polaire.

A partir de la 5e

 

 


Jo Witek


Flammarion


Roman


 

 

Nov 27

Sommes-nous libres ou programmés ?

Le jeudi 12 novembre a eu lieu le temps fort des 3°2.

Les élèves de 3°2 sur une heure de vie de classe ont fait un temps fort. Ils étaient divisés en trois groupes : les filles étaient avec madame THENARD et les garçons étaient divisés en deux groupes avec mesdames  DUTEL et DU COUËDIC.

Pour ce temps de partage entre élèves,  « nous avons remarqué que les filles parlaient plus librement quand les garçons n’étaient pas là » a confié Madame THENARD. Le thème de ce temps fort était le suivant : « sommes-nous libres ou programmés ? ».

De multiples questions étaient posées du type : « pensez-vous que nous pouvons nous sentir libres même quand nous sommes dans un lit d’hôpital ou dans une cellule de prison » ? Cette question a provoqué un débat animé. Nous avons suivi les filles pour ne pas déranger les garçons dans leurs réponses.

En tout cas, ce thème est très bien car les réponses dépendent de l’état d’esprit de la personne ; en effet nous avions beaucoup de réponses différentes pour chaque question.

Dans la deuxième partie du temps fort, madame THENARD a demandé aux treize filles présentes de se mettre soit par deux ou par trois pour définir les qualités et défauts de l’autre.

Pendant le débat, nous avons remarqué que, sur d’autres questions, malgré la séparation des garçons et des filles, ces dernières n’osaient pas toujours dire tout ce qu’elles pensaient ; il est donc important de multiplier ces temps d’échanges afin de faciliter la prise de parole.

Enfin durant la troisième partie de ce temps fort, les élèves ont réfléchi à une notion essentielle : le bonheur et la définition qu’on peut lui apporter quand on est adolescent !

DUPE Axelle et LAMBERT Nathanaëlle

Nov 27

Suur Nugu (« Coeur d’espérance »)

DSCN3403Jeudi 16 novembre nous avons interviewé madame Bezin, présidente de l’association Suur Nugu au Burkina Faso

Cette association consiste à parrainer la scolarisation, l’accès aux soins et l’aide alimentaire des enfants les plus démunis. Elle parraine aussi les cantines d’écoles en leur offrant des pianos à gaz,  des aliments et des récipients neufs. En outre, des activités sont proposée pour les jeunes lorsque l’école est terminée. Elle met aussi à disposition des centres d’accueil pour les jeunes mamans âgées de 15 à 18 ans qui sont rejetées par leurs familles. Des ventes d’articles de l’artisanat, des marchés de Noël et des repas solidaires sont réalisés pour récupérer de l’argent. Elle envoie aussi des vêtements pour ces derniers.

Suite à un premier voyage au Burkina Faso en 2007, Madame Bezin avec un petit groupe entreprend de monter cette association en 2010. Une très grande pauvreté existe dans ce pays, et devant l’importance des besoins, l’association par ces différentes actions, vient en aide auprès des familles.

Gonthier Maxence

Nov 27

Découverte de l’atelier Mangas

Les jeudis midi, un atelier manga est ouvert aux élèves de 6ème et de 5ème au CDI.

C’est un rendez vous incontournable pour les passionnés de mangas. Caro-lyn, une spécialiste dans la matière leur apprend, dans un premier temps à dessiner des personnages de manga  très spécifiques, puis dans un second temps à découvrir la culture Japonaise : les origamis, les costumes traditionnels et les traditions culinaires. Enfin, dans un troisième temps l’histoire d’un  manga.  Il y a deux types de mangas SHOJO (pour les jeunes garçons) la plupart parlent de guerre et SHOJEN (les jeunes filles) ce sont des mangas qui parlent d’amour. Les élèves vont participer à un concours qui s’appelle « SENSEI ». Pour les jeunes garçons, il y  a cinq titres SHOJO et cinq titres SHOJEN pour les filles. Ils doivent tous les lire pour qu’à la fin, ils élisent le meilleure manga.

Les mangas ont un style de un style de lecture particulier : ils se lisent de droite à gauche et de haut en bas.  Comme nous le souligne Chanyanut Choeihom, une élève de 6e :  « J’aime les mangas parce que les dessins me plaisent et les l’histoires aussi. »  Les mangas se trouvent au CDI et il y a en a pour tous les goûts :  la cuisine, la guerre, l’amour, les fictions et le sport.

Amateur de mangas faites votre choix…

                       4°4 Louis SIMONATO.


MANGA par St_Dominique

Nov 27

Conférence sur la lumière dans l’univers

Le jeudi 19 novembre les classes de 6°5, 5°1, 4°1, 3°1 ont assisté à une conférence sur la lumière dans l’univers en salle d’étude présentée par Monsieur BOUDON, docteur en physiques chargé de recherches au CNRS dans un laboratoire à l’université de Bourgogne.

Durant cette intervention plusieurs thèmes ont été présentés : La lumière dans tous ses états, la couleur des étoiles, l’univers de toutes les couleurs, de quoi sont faits les astres, la première lumière. Dans chaque thème, des diaporamas ont été diffusés aux élèves pour  leur faire découvrir ces informations de manière illustrée.

Pendant cette conférence, il explique comment étudier les astres grâce à la lumière. Les élèves étaient attentifs et intéressés par les explications données par ce dernier.

Madame PERREAUD accompagnée des Messieurs COTTET, TROUBAT et LACROIX ainsi que des associés de Monsieur BOUDON ont encadré cet évenement pour son bon déroulement.

Ce rassemblement a permis aux élèves la découverte des diférentes facettes de la lumière et a enrichi la culture de chacun.

LAHAYE Manon, LAVAILLOTTE Emilien

 
conférence par St_Dominique

 

 

 

 

 

 

 

Nov 22

Max et les poissons

Max a un poisson rouge ! C’est sa récompense : à l’école, il a reçu un prix d’excellence. Max a aussi une étoile jaune sur la poitrine. Il la trouve jolie, mais ses camarades se moquent de lui et disent qu’elle sent mauvais. Il ne comprend pas pourquoi. Comme il ne comprend pas cette histoire de « rafle » dont parlent ses parents. Ils disent qu’elle aura lieu demain, mais c’est impossible : demain, c’est son anniversaire ! Il sait déjà que sa soeur lui a fait un cadre en pâte à sel, et il espère que ses parents lui offriront un second poisson…

 

A partir de la 6e

 


Sophie ADRIANSEN


Nathan


Roman


 

Nov 20

Un sésame pour un stage

DSCN9313Comment faire une lettre de motivation ? C’est la question à laquelle a répondu Mme Arluison : informatrice au point informatique jeunesse au CDI avec les 4e4 le mardi dix-sept novembre 2015 à 15h45. Cette intervention a permis aux 4eme de savoir comment faire sa lettre de motivation pour leur futur stage d’observation en entreprise ayant lieu en classe de 3eme

Son métier consiste à  accueillir, informer, accompagner et orienter le public sur des questions en lien avec les études, les métiers, l’information, l’emploi, la vie pratique (santé, logement, démarche administrative…), les loisirs, les vacances, et la mobilité internationale.                                                                                                                                                                Cette personne a informé les 4eme sur la lettre de motivation qu’ils devront utiliser dès l’année prochaine pour leur recherche de stage d’observation en entreprise. « Ce stage d’observation en entreprise doit permettre de découvrir un métier ou de compléter des informations théoriques » nous a-t-elle dit. Il y a beaucoup de choses simples à retenir pour faire une lettre donnant envie aux employeurs de nous intégrer pour cinq  jours dans leur entreprise comme de ne pas froisser sa feuille, de ne pas mettre de couleur… » La lettre de motivation permet de savoir qui est la personne qui l’envoie. La valeur d’une faute d’orthographe vaut très chère dans une lettre de motivation. » Mais le but principal de cette lettre reste celui de montrer pourquoi l’on veut aller dans cette entreprise et quelles sont ses motivations d’aller découvrir le domaine dans lequel on demande ce stage. Après les conseils donnés, à votre plus belle plume !

Romain BRETIN


Lettre de motivation par St_Dominique

Nov 17

Mirapolis

Une cité invisible, retranchée du monde. Une société divisée en deux : la morne cité du bas et la cité du haut, où s’épanouit l’élite… Anguéo est un jeune garçon de la cité du bas. Lui et ses camarades travaillent à la chaîne, comme des automates et vivent une vie insipide d’où les livres ont été bannis. Mais Anguéo n’est pas comme les autres. Ayant échappé mystérieusement à une « programmation totale » qui bride les émotions et l’intelligence, il continue de rêver.

Il est resté curieux et cherche notamment à comprendre pourquoi une jeune fille du haut qu’il a aperçue à la grande parade, lui est apparue aussi semblable que lui… C’est sa rencontre avec Nakat, un mystérieux bibliothécaire de la cité du haut, qui va changer le cours de sa vie. Ayant compris que ce garçon était différent des autres, Nakat entame une expérience interdite : lui apprendre à lire…

A partir de la 4e

 


1 Les ombres de la cité


Hélène MONTARDRE


Magnard Jeunesse


Roman


 

Nov 17

Un temps fort pour les 4e4 sur l’autorité

Le jeudi 5 novembre, Madame Bezin, Madame du Couëdic et Madame Thenard, intervenantes à la pastorale, sont venues au collège pour nous parler de l’Autorité.

La classe a été séparée en trois groupes :

– Un groupe de filles et compte-tenu du nombre important de garçons, ces derniers ont été séparés en deux groupes.

Nous nous sommes posés la question : « Pourquoi les garçons et les filles sont-ils dans des groupes différents ? » Madame du Couëdic nous a répondu : « La parole est plus libre en groupe et c’est aussi parce que les garçons ont des réactions différentes de celles des filles. »

Ensuite Madame du Couëdic nous a donné un questionnaire avec trois questions :

1ère question : » Selon vous, est-il important que les adultes sachent comment se déroulent vos sorties ? » Les réponses étaient très similaires, la majorité répondait qu’il était normal et rassurant que nos parents sachent où l’on est.

2ème question : « Lors d’une sortie, je fais une bêtise, relativement grave. Un adulte est informé, qu’en pensez-vous ? » Sur cette question les réponses sont également similaires à savoir qu’il est normal qu’un adulte soit informé.

3ème question : « Qu’un adulte intervienne quand il sent qu’une situation devient trop risquée, qu’en pensez-vous ? »

Sur cette question, il est étonnant de voir que les réponses furent très partagées avec quatre dominantes qui ressortent, à savoir :

– C’est une obligation

– C’est risqué

– C’est un garde-fou

– C’est utopique

Cette intervention a été enrichissante, instructive et très intéressante pour nous comme pour les autres.

Merci à Madame du Couëdic, Madame Thénard et à Madame Bezin pour leur intervention.

William Berne
Temps fort 4 ème 4 par St_Dominique