Jan 30

Decouvrez à qui appartiennent ces habits !

Venez découvrir dix histoires passionnantes, pour la 9ème année  consécutive de 1, 2, 3 albums : l’occasion ainsi renouvelée pour les élèves de découvrir une sélection d’albums divers sous la houlette des professeurs du CDI.

L’animation 1,2,3 albums a été créée par Véronique Lombard, directrice de « Livralire » qui s’occupe de choisir les dix meilleurs albums. Un comité de sélection est formé, ceux qui en font partie lisent des dizaines d’albums puis ils prennent la liste de ces livres par ordre alphabétique et ils échangent leur point de vue. Mme Lombard part ensuite dans toute la France pour présenter la scénographie aux documentalistes, bibliothécaires, animateurs… Ensuite les professeurs documentalistes prennent le relais.

Au sein de chaque établissement, cette opération de lecture débute toujours par une scénographie présentée aux élèves afin de leur donner envie de découvrir les œuvres. A Saint-Dominique, cette année, celle ci a été exécutée par les professeurs du CDI et Mme Mangematin, ancienne professeure d’histoire-géographie, aujourd’hui à la retraite. Ainsi elles ont commencé par nous faire de petites devinettes et une « mise en bouche » de chaque livre, ce qui donne forcement envie de s’y plonger, en nous montrant des images illustrant les grandes étapes de l’histoire, et les vêtements des personnages qu’elles ont ensuite posées sur un séchoir à linge.

Les albums sont disponibles pour tous, ces livres sont même présentés dans la résidence Lauprêtre (Résidence de personnes âgées) à Chalon sur Saône. Des élèves échangeront leurs avis sur ces albums avec les personnes de cette résidence, ce qui permettra un rapprochement des générations et donc de voir des opinions différentes sur ces œuvres. Ce sont les classes de 6ème et de 5ème qui participent à cette opération. Par la suite, il y aura un vote fait dans ces classes  pour déterminer les trois meilleurs albums.

Ces albums parlent d’animaux, de nature, du monde, de sport, de ville, de campagne, de familles, de guerre, de migrants qui rêvent d’un monde meilleur, de travail, de châteaux, de princes et même de dragons…

Anaïs Paillard
123 album par St_Dominique

 

 

Jan 30

Attention ! Où vous finirez en prison.

Lundi 25 janvier, une partie de la classe de 4°1 s’est rendue au tribunal dans le cadre du cours d’éducation civique et morale.

En ce début de matinée, ce lundi 25 janvier, une vingtaine d’élèves de 4ème a assisté à une audience du tribunal correctionnel au Palais de justice de Chalon-sur-Saône.

L’affaire les ayant le plus marqué est celle de Mr.F, chômeur d’une trentaine d’années, marié depuis juillet 2014 et père de trois enfants. Collectionneur d’armes et motard, cet homme était accusé d’avoir porté atteinte à la vie de Mr. N, jeune chef d’entreprise.

Sarah Krasnicki, élève de 4°1, présente lors de cette séance dit « ce fut long, mais pour ma part très intéressant ».

Leur présence à cette  audience avait pour but d’évaluer en pleine action les éléments vus en cours. Le sujet de leurs leçons étant de voir et comprendre la justice en France, ils ont assisté à cette séance en ayant déjà des bases sur les droits et leur application.

Une audience se déroule, en général, en plusieurs étapes bien distinctes :

– le magistrat donne lecture de la citation au prévenu,

– puis la parole est donné à la victime qui s’est constituée partie civile à l’audience,

– ensuite, c’est au tour du procureur de s’exprimer, et l’avocat de la défense plaide en dernier, pour terminer, les juges se retirent pour délibérer et donner leur verdict.

L’ordre de parole à une audience est stricte, le déroulement d’une séance au tribunal suit  une certaine logique et est déterminée à l’avance.

Concernant l’affaire à laquelle ils se sont rendus, le verdict fut sans appel : 4 ans de prison dont 3 avec sursis mise à l’épreuve comprenant une obligation de soins pendant 2 ans.

Mr. F a été également à payer 5000 euros à la victime en réparation de son préjudice.

De cet exemple, on peut conjecturer que le plus petit des conflits peut dégénérer rapidement et conduire devant le tribunal correctionnel pour blessures volontaires, voir devant la cour d’assises pour meurtre, les sanctions étant proportionnelles à la gravité des faits et au passé de la personne qui est jugée.

Maeva Krasnicki et Lucas Jacquot

Jan 29

BD d’enfer

Résumé

Un élève disparaît. Adepte de solitude et de bande dessinée, il n’a pas vraiment d’amis. Pourtant, un groupe de jeunes décident de partir à sa recherche. Il y a Juline, la narratrice, qui s’inquiète pour son camarade de classe disparu ; Pem, sa meilleure amie ; le père de Juline, détective privé qui va enquêter sur cette disparition.

BD d’enfer est un roman poignant, qui se lit d’une traite .Un excellent roman policier pour les jeunes ados ! Personnages attachants, intrigue intéressante, pas « nunuche », très actuelle, et surtout sans violence ! L’amitié et la solidarité ne sont pas des valeurs dépassées !

 

 

Viviane Faudi-Khourdifi

Oskar

Niveau : 4ème/3ème

Thèmes : Amitié, roman policier

 

Jan 27

Pascal Croci au collège !

Pascal Croci a fait rêver les quatrièmes avec ses  BD toutes plus fantastiques les unes que les autres.

Pascal Croci est un écrivain qui a commencé en dessinant pour la presse catholique, des biographies en bandes dessinées de saints. Il réalise en 2001 une BD qui s’intitule Auschwitz pour laquelle  il a reçu le Prix Jeunesse de l’Assemblée nationale. Il a aussi écrit et dessiné Dracula.

Participant au festi’bulles qui a eu lieu le week-end du 16 et 17 janvier  à Saint Rémy, Pascal Croci nous a fait le plaisir de nous rendre visite au collège et de répondre à nos questions. Les élèves ayant travaillé la BD intitulée Adolphe, la plupart portent sur la réalisation de cette dernière :

En combien de temps avez vous fait le livre Adolphe ?

-en 5 mois alors que normalement il me faut environ un an pour boucler un projet.

Pourquoi avez-vous choisi d’introduire dans votre récit un épisode sur un corbeau et un ver de terre ?

– Ces deux animaux sont symboliques : le corbeau représentant un personnage maléfique et le ver de terre qui se fait manger, le sentiment amoureux qui n’est jamais éternel.

D’autres questions ont touché son métier d’une manière plus générale :

Pourquoi avez voulu être écrivain de bande dessinée?

-Au départ je souhaitais être acteur mais j’ai vite compris que ce ne serait pas possible. Alors  j’ai pensé devenir écrivain de BD dès l’âge de quinze ans,  puisque pour moi, cette forme artistique se rapproche le plus du septième art.

Avez vous peur de ne plus savoir dessiner?

-Oui ! mais j’essaye  de travailler tous les jours pour ne pas perdre la main.

Léo Michonneau

Pascal Croci par St_Dominique

Jan 25

Faim de spiritualité

Les élèves de 6ème à 4ème se sont réunis en ce vendredi 15 janvier 2016 pour participer à « La vie est belle ».

Cet atelier de découverte qui réunit une fois par mois une trentaine d’élèves chrétiens, consiste à avoir un moment de partage centré sur Dieu. Accompagnés par le père Jean Michel Payeur, Mme Joly  et d’autres animateurs. Les élèves débutent avec une série de chants religieux comme : « Je veux chanter ton amour Seigneur, rendons gloire à notre Dieu ou encore que vienne ton règne », chansons qui sont interprétées avec respect et amour.

Suite à ces chants, une prière et quelque mots ont été donnés par le prêtre. Durant ces temps de rencontre, les filles et les garçon  sont séparés, choix fait pour pouvoir les laisser  librement parler sans gêne et, en effet je trouve que cette séparation  facilite l’échange dans tous les débats dans chaque groupe.

Se déroulant sur le temps de midi, un pique-nique a lieu en même temps que le commencement des discussions. Ces partages se sont passés dans une ambiance calme mais aussi dynamique et très instructive sur la culture religieuse :  Abraham,  ce que représente Dieu au yeux des croyants…

Père Jean Michel Payeur qui participe et dirige « la vie est belle », travaille depuis 4 ans dans cette petite organisation. Celle-ci enrichit chaque mois les nombreux participants

Elise 4°4

La vie est belle par St_Dominique

Jan 22

La BD, tout un art…

La classe de 6°4 découvre Marie Morgane, auteur de BD, et sa nouvelle œuvre, « Lupus Dei » au CDI, en ce vendredi 15 janvier 2016.

Vendredi 15 janvier 2016, les élèves de la classe de 6°4 ont passé 2 heures en compagnie de l’auteur de BD, Marie Morgane. Elle a expliqué comment elle crée ses bandes dessinées et a parlé de sa nouvelle série :  » Lupus Dei ».

 » L’image donne une impression plus vivante qu’un texte » dit-elle.

Cet auteur aime raconter des histoires, mais elle a choisi d’écrire des BD plutôt que des romans : ce qui a fait la différence est son amour pour le dessin.
En ce moment, elle travaille sur une série historique-fantastique de trois tomes dont un est déjà sorti :  » Lupus Dei », qui est inspiré de « La Bête du Gévaudan », un roman de Pic Xavier, racontant l’histoire d’un loup, décrit comme monstrueux et surnommé « la dévorante » qui, en réalité, aurait été un chien-loup, ce qui expliquerait le comportement instable de l’animal. Cette bête qui est apparue au 18ème siècle, en 1764, aurait fait des paysans, son déjeuner et parmi ses victimes, les femmes et les enfants auraient été les plus touchés. Les hommes l’avaient décrite comme intelligente, elle apparaissait devant eux, quémandant des caresses de la même façon qu’un chien l’aurait fait, puis leur sautait sauvagement à la gorge, comme si elle était soudain possédée.
Marie Morgane a passé 1 an à réaliser les dessins, à écrire les textes ainsi qu’à faire d’innombrables recherches pour s’informer sur les gens d’autrefois, leurs accoutrements et leurs habitudes, mais elle n’a pas travaillé seule, elle a reçu l’aide de sa fille qui s’est occupée des couleurs pour les aplats.

Marie Morgane a travaillé le crayonnage et l’encrage sur du papier spécial « Layout »,  a écrit le scénario et a réalisé le découpage sur un story-board.
Pour l’encrage, Marie Morgane a utilisé de l’encre de chine avec des plumes de différentes grosseurs, ensuite elle a scanné les planches A3, les a réduites en A4, les a imprimées puis a rectifié leurs défauts. Elle utilise plusieurs méthodes pour les couleurs :

– l’ aquarelle
– les feutres à l’alcool

– ou encore, elle met le noir par transparence, fait un double grisé, ajoute la couleur dessus, superpose et scanne.

Dans un second temps, elle effectue le lettrage, autrement dit, elle remplit les bulles en utilisant des feutres à l’alcool et pour finir elle se rend chez l’imprimeur.

Vous l’aurez compris, Marie Morgane est auto éditrice, elle fait tout toute seule, de la création à la distribution.

Maeva Krasnicki et Lucas Jacquot


Marie-Morgane par St_Dominique

Jan 21

Galette des rois à l’internat

Mardi 5 janvier à l’internat Mylène Bois surveillante et responsable de la pastorale au collège du Devoir a proposé aux internes qui le désiraient une intervention autour du thème de la galette des rois.
10 élèves du collège et du lycée se sont donc réunis dans la salle de prière au premier étage de l’internat pour connaitre l’origine de cette tradition et pour avoir plus d’explications sur l’épiphanie.
Après ces explications, ils ont pu goûter une galette que Mylène avait acheté et mercredi après midi au goûter des internes, Mylène a proposé aux internes du collège du Devoir et de Saint Dominique de poursuivre cette discussion sur l’épiphanie et de terminer les galettes restantes.
8 élèves internes étaient présents Swan, Roman, Axel, Noélia et Axelle Desbois du collège Saint Dominique et Curtiss, Emmanuel,Ppierre Antoine du collège du Devoir.
Les élèves étaient donc ravis de pourvoir manger de la galette et de tenter de gagner la fève.
Comme le veut la coutume le plus petit en age s’est mis sous la table afin de choisir a qui allait être donnée les parts de galette.
Au final Emmanuel et Magali ont eu les fèves et le privilège de mettre les couronnes.
Les élèves ont gardé une part de galette pour les trois élèves absents cet après midi mais de retour le soir qui étaient ravis d’avoir un morceau de galette au désert mais un peu déçus de ne pas avoir la fève tout de même.
Merci à Mylène pour ce goûter. Prochaines activités jeux à l’internat et grand loto avec des lots offert par l’APEL de madame Lambert et de la maîtrise par Madame Paulo.

la galette par St_Dominique

Jan 18

Les plaques lithosphériques

Le mardi 12 janvier 2016, de 10h30 à 11h55 les 4°3 et les 4°4 ont assisté à la conférence sur les plaques lithosphériques menée par Davide Olivero.

Mr Olivero, géologue professeur à l’université de Lyon, a eu la gentillesse, comme chaque année de passer une journée dans nos locaux afin de nous expliquer, sous la forme d’une conférence dynamique, le fonctionnement des plaques lithosphériques ainsi que la constitution du globe. Ainsi nous avons pu aborder la structure de la terre et nous avons retenu qu’elle est faite d’une croûte solide de (500°C) et de 700 km de profondeur. Le noyaux est séparé de la croûte terrestre par 6370 kms. Toute ces notions qui peuvent sembler difficiles à comprendre ont été vulgarisées par Mr Olivero sous la forme d’un powerpoint afin que nous puissions mieux comprendre. Cette conférence a été l’occasion de remettre en question le nombre habituel de plaques lithosphériques puisque le géologue nous a affirmé qu’il  en a 14 et non 12. De plus cette intervention était enrichissante puisque qu’elle nous a permis d’approfondir un point de notre apprentissage en cours de Sciences et Vie de la Terre.

Comment les plaques se déplacent-elles ? Il existe plusieurs mouvements de déplacement : sur les dorsales, les plaques s’écartent, c’est donc un mouvement de divergence et sur les fosses, les plaques se rapprochent, c’est donc un mouvement de convergence.

Afin d’illustrer ses propos, il nous a fourni quelques exemples de volcans qui sont entrés en éruptions par le déplacement des plaques : le plus connu et qui est maintenant visité : le Vésuve à Pompéi dont la plus grande éruption date du 24-25 août 79 après J.-C.

 

Clarice Menand


conférence par St_Dominique
 

Jan 18

Terre-Dragon

Rien ne prédisposait Ægir et Sheylis à se rencontrer et pourtant…
Sheylis doit s’enfuir de son village, accusée de sorcellerie tandis qu’Ægir s’échappe de la tribu des Naatfarirs. Leurs chemins se croisent, Sheylis venant en aide à Ægir. Mais Sheylis se fait kidnapper par des serviteurs du Crâne alors qu’Ægir tente d’échapper à ses poursuivants. Parviendront-ils à se retrouver ?
Ce roman d’héroïc fantasy plonge le lecteur dans un univers original, peuplé des créatures étranges et de sorciers.
L’histoire se lit d’une traite, les événements s’enchainant dans un rythme effréné.
Les personnages sont vraiment attachants : Ægir et Sheylis sont courageux et portent en eux beaucoup de mystères mais ma préférence va vers Doom, poète raté un peu naïf qui accompagne Ægir dans sa quête.
Un premier tome très réussi !

 

 

Erik L’Homme

Gallimard Jeunesse

Niveau : 4ème/3ème

Genre : Héroïc Fantasy