Mar 13

Chalon-sur-Saône au Moyen-âge

Au cours de cette journée, les guides-conférenciers de l’Espace Patrimoine ont proposé aux 5° de redécouvrir Chalon-sur-Saône sous un autre angle et de découvrir en quoi était constituée cette ville avec ses nombreux pouvoirs.

Chalon-sur-Saône à été construite stratégiquement par les romains le long de la Saône afin d’y établir une ville portuaire et marchande. De nombreux échanges commerciaux s’effectuaient sur l’axe Paris-Méditerrané.
Les 5°, au cours de cette journée, ont pu redécouvrir Chalon-sur-Saône au Moyen-Âge et apprendre certaines choses sur cette vieille cité.
Chalon possédait des pouvoirs, religieux avec sa cathédrale, politiques avec l’hôtel de ville et économique avec les échanges commerciaux. La cité était entouré de remparts, les habitants vivent dans des maisons à pans de bois.

Les guides-conférenciers de l’Espace Patrimoine ont proposé un bel aperçu de l’architecture et du patrimoine de la cité médiévale. Les 5° sont repartis des images pleins la tête pour voir la ville autrement.

Nathan, 4°3

Fév 12

Rame en 5ème au collège Saint Dominique

 

 Le 31 Janvier et le 1er Février, les quatre cinquièmes du collège Saint-Dominique ont participé à la course « Rame en 5éme » qui clôture les trois autres activités proposées à savoir : Le jeux des calories, le quiz SVT, les 40 secondes.

Le jeux des calories consiste à déterminer combien de calories on dépense en 1 minute. D’abord chaque élève de la classe choisit un plat sur sa feuille et regarde combien de calories il contient et en combien de temps il peut les brûler, par exemple, pour un kiwi il faut 3 minutes.

Le quiz SVT consiste à repérer des informations pour remplir un questionnaire sur les différents organes qui agissent quand on fournit un effort comme le cœur, les poumons et aussi la digestion pour pouvoir évaluer ce que dépense l’organisme lorsqu’il est en activité sportive.

Le but de la troisième épreuve est d’aller le plus loin possible en 40 secondes, une façon efficace de s’entrainer.

L’objectif de cette opération est de développer chez les jeunes un esprit sportif et compétitif pendant ces deux journées, mais c’est également l’occasion de mettre en pratique des connaissances plus théoriques : pour l’activité de brûlage de calories avoir des notions en mathématiques est indispensable, on améliore aussi  les notions de SVT avec le quiz. En somme, c’est la possibilité d’avoir « un esprit sain dans un corps sain »…

Nathan et Marine

Anthonin Lambert

Déc 21

Mon futur métier : Graphiste multi-médias

La personne que j’ai interviewée est une stagiaire qui exerce le métier de graphiste multi-médias dans l’entreprise HIPPOCAMPE.

Cette entreprise est chargée en conseil et communication, c’est-à-dire, faire par exemple des publicités télévisées, des affiches ou des logos de marques ou d’entreprises.

Le bac pour pouvoir faire ce métier, est le bac STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués), mais si nous ne sommes pas choisis dans ce métier, on peut toujours travailler dans le même domaine. Pour exercer ce métier, il faut être : curieux, regarder ce qui nous entoure pour, peut-être, trouver de l’inspiration pour un futur dessin et être rigoureux.

Les professionnels travaillent sur papier pour faire les croquis, notent les idées et différents accessoires pour l’apporter au dessin final, puis généralement, ils font le dessin final sur ordinateur avec des logiciels comme par exemple : ILLUSTRATOR.

Plusieurs entreprises peuvent demander leur service, comme par exemple chez HIPPOCAMPE un cabinet d’avocat pour leur logo, un groupe qui fabrique des ceintures de sécurité et le groupe EVEN agroalimentaire.

Pour la professionnelle, les cotés positifs de ce métier sont que l’on peut s’amuser à créer et qu’à chaque fois on ne fait pas la même chose et qu’on innove pour répondre aux besoins du client.

Et les cotés négatifs du métier, est de ne pas rester sur ses acquis et de devoir toujours apprendre, mais est-ce vraiment un point négatif ? En tout cas il faut être curieux et toujours innover pour aller de l’avant.

Pour pouvoir être embauché dans ce métier il faut se démarquer !

JACQUARD Nathan 4°3

Déc 04

Au lycée, comment ça se passe ?

Le lycée, en ce moment, connait un véritable changement dans ses filières générales puisque les trois connues L (littéraire), ES (économique et sociale) et S (scientifique) cesseront d’exister au profit d’un tronc commun auxquelles s’ajoutent des matières choisies par les élèves. Restent en l’état actuel les bacs pro, avec un panel de plus de 200 formations proposées. Plus limités dans le choix, 8 bacs technologiques s’offrent à ceux qui, sans vouloir intégrer directement le monde professionnel, ont une idée précise du milieu dans lequel il veulent travailler

Le Bac STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) :
Forts en connaissances en gestion, en économie et en droit, les bacheliers STMG peuvent envisager différentes poursuites d’études en BTS et DUT surtout, mais aussi en classe prépa, en écoles ou à l’université.
Le Bac STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable) :
Forts en connaissance en science industrielle, les bacheliers STI2D peuvent envisager différentes filières d’études supérieure : BTS et DUT  principalement, mais aussi écoles, université et classe prépa.
Le Bac STD2A (sciences et technologie du design et des arts appliqués) :
Les bacheliers STD2A peuvent s’inscrire BTS, DMA et DN MADE. Autres possibilités : intégré une école d’art, l’université ou une prépa art et design.
Le Bac STL (sciences et technologies de laboratoire)
Formés à la démarche scientifique expérimentale, les bacheliers STL ont accès à des poursuites d’études variées : BTS et DUT principalement, mais aussi école, prépas ou université.
Le bac ST2S(sciences et technologies de la santé et du social):
Le bac ST2S donne accès a un certain nombre de formation sociales et paramédicale, principalement en écoles, mais aussi en BTS et en IUT.
Le bac STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) :
Équilibré dans toutes le matières, ce bac technologie agricole permet de continuer ses études dans les domaines de l’agriculture, de l’agroalimentaire ou du service en milieu rural.
Le bac TMD (techniques de la musique et de la danse) :
Pour les élèves les plus talentueux dans ces matières, ce bac permet d’envisager l’accès aux formations supérieurs artistiques en musique ou en danse, à un niveau professionnel. Autre voie : l’université, avec des cursus préparant à l’enseignement ou encore à la méditation culturelle.
Le bac STHR (sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration) :
Au terme de 3 années d’enseignements techniques spécifiques, les bacheliers STHR accèdent au BTS et aux écoles spécialisées du secteur. Ils peuvent aussi s’engager dans des formations en gestion, en tourisme ou en vente.

En ce qui concerne le bac PRO, la plupart des bacheliers professionnels entrent directement dans la vie active, signe de la très bonne adéquation de ces diplômes aux besoins des employeurs. Un tiers poursuit poursuit toutefois des études supérieures, principalement en BTS.

Nathan, Zoé, Jasmine 4°3