Avr 14

Un journaliste au CDI

Le 11 avril 2019, M. Grégory Jacob journaliste au journal de Saône et Loire numéro 106-803 est intervenu au C.D.I pendant une heure avec la classe de 6°5.

Cela fait quinze ans que M. Jacob est journaliste. Il a expliqué son métier, il travaille au Journal de Saône et Loire, ils sont 7 journalistes et cinquante envoyés spéciaux. Il travaille sept jours sur sept et couvre 50 communes. L’intervention a porté plus particulièrement sur la source journalistique. Cette dernière permet d’avoir des informations pour écrire l’article, la plus importante en France est l’AFP (Agence France Presse).

M. Jacob peut protéger ses sources :  » une personne qui me téléphone pour me dire que son voisin a mis le feu dans sa poubelle, je vais vérifier l’information sans divulguer ma source ». L’article le plus important qu’il a traité portait sur une grande surface industrielle qui polluait le sol.

Si un évènement important se produit comme la visite de M. Macron en Auvergne, il peut couvrir l’évènement. Pour écrire un article de quatre pages, il faut environ 11 heures de travail. « Etre journaliste doit-être un métier passionnant » aux dire de Milo et Aurélien.

Une rencontre riche qui venait compléter le cours sur les médias. M. Jacob a rencontré les classes de 6ème4 et 6ème5, et rencontrera à la rentrée la classe de 6ème3.

Milo C. et Aurélien C.




Avr 06

Du haut de mon cerisier

Comme les enfants de son âge, Mafalda va à l’école, joue avec son chat, fait des listes. Mais elle est très isolée du fait d’une grave maladie des yeux qui va la laisser prochainement dans le noir. L’entourage oublie trop souvent le brouillard qui l’affecte mais dont elle parle secrètement à Cosimo, le héros du Baron perché que lui lit son père le soir. Heureusement deux personnes l’entourent : Filipo, le petit voyou musicien et Estella, la gardienne roumaine de l’école qui lui conseille de « trouver sa rose ». Mafalda évalue chaque matin à quelle distance elle perçoit le cerisier de la cour dans lequel elle compte s’installer le jour où elle aura totalement perdu la vue. En attendant, il lui faut apprivoiser son handicap et trouver de nouveaux repères.

Auteur : Paola PERETTI
Editeur : Gallimard
Roman
A partir de la 4e
Thèmes : Amitié / arbre / handicap
Avr 01

CITOYENS NUMERIQUES RESPONSABLES ?

Sommes-nous conscients de la puissance d’un « partage » sur les réseaux ?

Le 19 mars 2019 Madame BOLDRINI a organisé un débat sur les réseaux sociaux pendant une heure de français au CDI. Cette démarche a permis à la classe des 3º1 d’apprendre de nombreuses choses et surtout à prendre conscience de la puissance d’un réseau social.

En ouverture de ce débat Madame BOLDRINI a demandé quels étaient les réseaux sociaux les plus utilisés quotidiennement. La majorité de la classe a surtout Instagram et Snapchat. Ce sont des réseaux très fréquentés par la jeunesse actuelle car beaucoup de différentes choses tournent comme des contenus drôles, les histoires des proches, des « news » ou même des contenus pour sensibiliser les utilisateurs. La plupart du temps ces deux réseaux sociaux sont utilisés pour avoir des conversations avec des amis.

Zone de Texte: « Snapchat et Instagram sont les plus utilisés par les jeunes »

 

  Après avoir caractérisé ces deux réseaux nous avons échangé sur nos « likes » et nos « partages » de contenu car en effet beaucoup d’utilisateurs « like » des contenus sans forcément savoir pourquoi, ni même savoir d’où vient l’information. Cela est d’autant plus grave lorsque l’on « partage » car c’est alors un choix personnel qui nous engage entièrement. En faisant cela les utilisateurs n’ont pas forcément conscience que c’est réellement leur opinion qu’ils affichent.

Prenons l’exemple du terrible attentat de Christchurch en Nouvelle-Zélande qui a fait malheureusement une cinquantaine de morts.

Le terroriste qui avait 28 ans maîtrisait parfaitement la technologie et les codes de la vera-lite. Il était équipé d’une caméra qui a pu transcrire la tuerie en direct sur Facebook et sur d’autres réseaux. La vidéo a été partagée à une vitesse phénoménale. Facebook parlait d’avoir du supprimer plus d’un million et demi de vidéos en 24h et encore plus extravagant pour YouTube qui disait que, après quelques heures de la diffusion en direct, la copie de la vidéo se serait chargée toutes les « une » seconde, sans parler des autres plateformes. Le but de ce terroriste était de transformer ses meurtres en page de pub et d’avoir le plus d’échos possibles à son action. Ce qui a été le cas.

Certes les plateformes des réseauxZone de Texte: Complice de l’apologie du terrorisme en un « clic » auraient pu réagir plus vite pour les supprimer mais le mal était déjà fait.

C’est aux utilisateurs avant tout que revient la responsabilité de leur partage. Comme on a pu le dire avant, le « partage » est un choix personnel. Ici, en « partageant » une telle horreur, les utilisateurs ont montré qu’ils n’avaient non seulement pas conscience de la responsabilité et du poids de leur « clic » mais surtout qu’ils se rendaient ainsi complice de l’apologie du terrorisme.

Alors soyons vigilants. Chaque action sur les réseaux nous engage entièrement. Chaque clic représente notre empreinte numérique et sera toujours traçable. C’est pourquoi il faut être conscient et responsable de nos actes sur Internet.

Thibault LEMAIGNEN

Mar 29

Ma dernière chance s’appelle Billy D.

Dans la vie, il faut se battre. Dane Washington ne le sait que trop bien. A la moindre occasion, ses poings le démangent et ils parlent pour lui. Jusqu’à présent, ses bons résultats au lycée lui ont évité les plus gros ennuis. Seulement, il n’a plus droit à l’erreur : encore une bagarre et ce sera l’exclusion. Mais la violence, Dane ne parvient pas à la contrôler. Sa dernière chance s’appelle Billy D., un garçon qui vient de s’installer à côté de chez lui avec sa mère.
Billy D. est trisomique, il n’a pas les moyens de se défendre, et certains en profitent. Si Dane acceptait d’être son ambassadeur au lycée, cela pourrait lui offrir le salut. Billy D. a une autre mission pour Dane : il voudrait qu’il l’aide à retrouver son père. Leur seul indice : un atlas des Etats-Unis, et des énigmes à toutes les pages ou presque.

Auteur : Erin LANGE
Editeur : Ecole des Loisirs
Roman
A partir de la 4e
Thèmes : Handicap /
Mar 25

Le Schtroumpf reporter

Un des Schtroumpfs qui aime observer les comportements de son entourage, s’est en effet rendu compte que le moindre petit événement était souvent déformé par le bouche à oreille et qu’une peccadille pouvait prendre des proportions démesurées. Ce Schtroumpf a donc décidé de créer un quotidien d’information qui relatera très exactement les faits qui se passent dans son village ! A sa demande, le Schtroumpf Bricoleur invente une machine qui lui permettra de l’imprimer.
Peu de temps après, paraît ainsi un journal titré «Le Schtroumpf à la Une» ! Son créateur et animateur qui se fait maintenant appeler le Schtroumpf Reporter, ne tarde pas à s’attirer certaines inimitiés : dans sa recherche de la vérité, il met effectivement en lumière des inégalités dans la façon dont le village des Schtroumpfs est administré.

Auteur : PEYO
Editeur : Le Lombard
Bande Dessinée
A partir de la 6e
Thèmes : humour / presse

Mar 20

Le Horla

Auxanne

Le jeudi 7 mars à 13h40, les classes de quatrième sont allées voir une pièce de théâtre au studio 70 à chalon sur Saône .Cette pièce de théâtre a été interprétée par Xavier Regnault, qui fait partie de la troupe « Réplique à tout ».

Cette pièce dure une heure. Durant une prestation admirable, le comédien, seul devant son public, reprend les grandes lignes de l’œuvre célèbre de Guy de Maupassant : Le Horla !

Elle raconte l’histoire d’un homme, hanté par un fantôme  mais on se rend compte que ce n’est pas la seule interprétation possible : le personnage peut être également considéré comme fou si bien qu’il en arrive à  brûler sa maison avec ses domestiques à l’intérieur. La fin de la nouvelle est ouverte car l’auteur laisse supposer que le personnage principal va mettre fin à ses jours pour échapper à ce «  Horla ».

“je n’ai pas fait d’études particulières  pour devenir comédien“  nous a  déclaré Xavier durant le temps d’échange avec les élèves. Comme quoi le talent ne s’apprend pas !

Esteban Lavoisier

Mar 19

Escape game à la bibliothèque

C’est dans une bibliothèque jeunesse toute rafraichie et toute réaménagé qu’Olivier, animateur multimédia, nous a reçu mercredi après midi à 15h30.

8 élèves  étaient présents et Olivier avait installé un tout nouveau jeu sur grand écran.

Pour réaliser cet escape game 3, c’est le nom du jeu, Olivier à mis les élèves de manière à ce que chacun ait un rôle à jouer et que chacun puisse tourner sur les différents rôles.

Pour débuter le jeu nous avions :

1 pilote qui était aux commandes de l’ipad.

5 assistants pour regarder sur grand écran tous les éléments cachés dans les différentes pièces et pour aider et diriger le pilote.

2 secrétaires pour noter les codes et les différentes informations à retenir.

A tour de rôle les élèves sont passés du statut de pilote, à celui d’assistant et de secrétaire.

Ce jeu escape game 3 est disponible sur les tablettes i pad et il est gratuit.

C’est un jeu qui comporte 16 niveaux de plus en plus difficiles et c’est un jeu d’observation et de réflexion.

A chaque étape passée, le joueur se retrouve dans un lieu différent et pour passer dans une autre pièce, donc pour changer de niveau il faut réussir à réaliser les énigmes.

Au départ le joueur se trouve enfermé dans un grand hall, il doit utiliser toute son ingéniosité  et tous les accessoires mis à sa disposition pour sortir de la pièce et poursuivre le jeu.

Quelque fois il faut vraiment se « creuser les méninges » pour résoudre les énigmes et déchiffrer des casse-tête de plus en plus compliqués.

Les élèves se sont arrêtés au niveau 7 un autre RDV est prévu courant avril pour essayer de terminer cet escape game.  Mercredi prochain c’est sortie en ville.

Magali

Mar 17

Les métiers du journalisme, de la communication et de la documentation

Collecter des informations, les trier, les diffuser… telle est, aujourd’hui comme hier, la principale mission des journalistes, communicants et documentalistes travaillant pour un public plus ou moins large (salariés d’une entreprise, lecteurs, auditeurs, internautes…). Pourtant, avec l’avènement du numérique, les conditions d’exercice ont profondément changé.
Ce numéro répertorie les métiers en trois grands domaines : journalisme, communication, documentation.

Documentaire
Editeur : ONISEP
Collection : Parcours

Thèmes : Orientation / journalisme / communication / documentation
Mar 11

Un grain de sable dans un cours de maths

La vie quotidienne d’un professeur de Maths et d’une de ses élèves, Sibel, qui ne comprends rien à ses cours. Jusqu’à ce qu’un bon génie entreprenne de lui expliquer le programme de quatrième avec des dessins de pizzas et des tablettes de chocolat.

Auteur : Stéphane FAVRE-BULLE
Editeur : ellipses
Collection : Maths en Bulles
Bande Dessinée
A partir de la 5e
Thèmes : Mathématiques
Fév 15

L’AFP à Saint Dominique !

Véronique Guyon

Le vendredi 8 février la classe de 4ème3 s’est rendue au CDI pendant 2h pour assister à l’intervention d’un journaliste de l’AFP : Olivier DÉMOS.

L’AFP (Agence France-Presse) est une agence de presse mondiale qui écrit des dépêches en six langues. L’AFP est implantée dans environ 151 pays avec 201 bureaux, elle informe les journalistes et professionnels de l’information de l’actualité mondiale sous toutes ses formes : infographies, vidéographie, brèves, dépêches voire articles. Pouvoir échanger avec un journaliste a été une opportunité très intéressante car cela nous a permis de mieux comprendre et d’approfondir des connaissances que nous avions abordées auparavant avec notre professeure de français et notre documentaliste. Pour finir, Olivier Démos nous a proposé de participer à une conférence de presse, ce qui nous a permis d’apprendre à prendre des notes durant les interviews et à écrire une dépêche de type AFP.

Carla Guisado

Véronique Guyon