Oct 20

Résistance et devoir de mémoire

Tous les lundis, sur la plage méridienne, Mme Won Fah Hin professeur d’histoire  au collège Saint Dominique anime un atelier sur la Résistance avec des élèves et les prépare au Concours National de la Résistance et de la Déportation dont le thème de cette année est « répressions et déportations en France et en Europe 39-45. Espaces et histoire ».

Elle trouve ce moyen efficace pour rappeler les événements de cette période tragique qu’est la seconde guerre mondiale et pour les faire réagir sur cette époque tout en les sensibilisant au devoir de mémoire. Le groupe est constitué de 13 élèves de 3ème , tous volontaires et motivés pour participer à ce concours. Durant ces séances, iIs peuvent échanger sur la résistance et la déportation ; chacun apporte ses connaissances et les interactions peuvent amener à une réflexion plus poussée. Ces échanges apportent aux élèves des précisions sur l’histoire mais aussi l’occasion de réfléchir sur ce qui s’est passé. Ils sont de ce fait sensibilisés aux épreuves de leurs ancêtres. Mme Won Fah Hin apprécie particulièrement cet atelier car elle partage beaucoup avec les élèves et rend en quelque sorte hommage à son grand-père qui a été un résistant.

Marine et Mathieu  4ème3

Sep 17

Carol-lyn au CDI

réalisé par l’atelier presse

Caro-lyn mangaka était présente au cdi ce lundi auprès des classes de 6e4 et 6e1, afin de leur faire découvrir son métier, sa passion. Elle va intervenir aussi mardi et jeudi auprès des 6e5, 6e2 et 6e3. L’objectif de cette rencontre, faire découvrir l’histoire du manga et le métier de mangaka.

Pendant trente minutes, caro-lyn a retracé l’histoire du manga. Un manga c’est une image illusoire, une image grotesque. Le mot « manga » est apparu pour la première fois en 1814 et a été repris en 1947 par Tesuka. En effet Osamu Tezuka (手塚治虫  Wikipédia)est né le  à Toyonaka, et mort le  à Tokyo.

C’est un mangaka, animateur, designer, producteur, scénariste d’animation.On le surnomme au Japon, le dieu du manga.

« Sa force de création est colossale : plus de 170 000 pages dessinées au cours de sa carrière. Il a signé environ 700 œuvres et réalisé environ 70 séries animées, téléfilms animés, longs et courts-métrages d’animation » Wikipédia.

réalisé par l’atelier presse

Découverte pour les jeunes les techniques pour créer un manga, les différentes étapes : scénario, storyboard, planches avec encrage, l’impression et pour finir la lecture.

Puis les élèves se sont initiés au dessin, à partir d’un CHIBI,  (ちび/チビ wikipédia)  mot japonais qui défini une petite personne, un bébé ou un enfant. Ce petit personnage peut permettre au mangaka de faire passer toutes les émotions en les exagérant. Chacun s’est essayé, une grosse tête avec de petites oreilles des résultats sympathiques de la part des enfants.

Une après midi riche, un travail sérieux de la part des élèves.

L’atelier presse

Juin 08

Concert à Sagy

A l’occasion du 90° anniversaire de l’association musicale de Mme Courville, La Lyre Bressane, vendredi 1° juin 2018, la Maîtrise Chalonnaise Saint Charles, donnait  un concert dans le village de Sagy, près de Louhans.

Ce fut l’occasion aux maîtrisiens de faire découvrir leur répertoire aux nombreuses personnes venues les applaudir.

Ils ont repris des morceaux chantés à Lourdes ou bien à New York mais ont fait un tabac en présentant  leurs derniers apprentissages : Queen : We will rock you, We are the champions, The show must go on et Bohemian Rhapsody.

Nous leur souhaitons autant de réussite pour les concerts à venir : 19 juin à Saint Rémy (salle des fêtes)  et 21 juin à la Fête de la Musique à Chalon (place de l’Hôtel de Ville).

Agnès Perreaud

Réalisé par l’atelier presse

Mar 22

Fin de la quinzaine scientifique

La quinzaine scientifique, du 5 au 16 mars, s’est terminée (cf article du 2 mars 2018) voici un aperçu des différentes manifestations.

Planétarium, la physique autour de l’espace

Le mardi 6 mars les classes de 4èmes ont visité un planétarium gonflable au sein du Collège  et ont pu observer une exposition sur les planètes, les fusées, et l’espace.
Grâce à l’exposition, nous avons appris :
* Qu’une fusée se déplace selon le principe de raction et de la réaction. Ses moteurs éjectent à très grande vitesse une masse très importante de gaz vers l’arrière : c’est l’action. En réaction, la fusée est propulsée aussi fortement vers l’avant, même dans le vide de l’espace. Une fusée décolle en éjectant des gaz vers l’arrière aussi bien dans l’atmosphère que dans l’espace. Elle ne s’appuie sur rien. Une fusée (ou lanceur) fonctionne toujours de façon automatique. Elle n’est jamais pilotée par un homme même quand elle emporte des passagers.
* L’espace commence juste au-dessus de l’atmosphère (à une centaine de kilomètres d’altitude) et s’étend à l’infini. C’est un milieu hostile et violent. L’espace est un terrain d’expérience pour les scientifiques, d’aventure pour les jeunes et de rêve pour tous.
* L’apesanteur est du à l’attraction de la Terre. Tu la ressens au contact d’un obstacle : le sol par exemple.
* L’impesanteur, c’est quand on retire l’obstacle : c’est la chute libre, c’est ce que subissent les spationautes.
* Aujourd’hui, dans l’espace, environ 400 satellites sont en orbite autour de la Terre. Ils sont en majorité 10 fois plus près de nous que de la Lune. La situation d’apesanteur offre aux scientifiques la possibilité d’expérimenter dans des conditions, impossibles à reproduire sur Terre.
* Les sondes spatiales nous permettent d’explorer sans nous déplacer les 8 planètes et les autres objets du système solaire dont on cherche ainsi à connaître l’histoire.
* Tous les satellites se déplacent en permanence, c’est ce qui leur permet de rester sur leur trajectoire autour de la Terre.

Dans le planétarium nous avons observé les étoiles, les planètes, l’espace. À l’intérieur on avait l’impression d’être en plein milieu de l’espace c’était génial affirme la plupart des élèves.
Romane MORIN et Sarah MORNE, 4e4

La tectonique des plaques

Le lundi 12 mars, les  classes de 4èmes ont assisté à une conférence donné par M. Davide Olivero, en salle de 4°1 sur le thème « La tectonique des plaques ».

La terre, comme nous l’a expliqué se célèbre géologue, est composée de 5 couches faites dans différents matériaux. Nous avons en partant du centre de la terre :
* la première partie : partie  centrale de la Terre : le noyau interne   : il est solide et composé en grande partie de  fer et de nickel. Il est donc extrêmement lourd, de plus il est a 6000 degré Celsius, et il se situe a 5150 kilomètres sous la surface.
* la deuxième partie : le noyau externe  à 2890 kilomètres de profondeur. Il est fluide et composé en majeure partie  de fer, de nickel.
* la troisième partie : le manteau inférieur : couche solide à  660 kilomètres sous terre composé de roches appelées péridotites.
* la  quatrième partie, entre 30 et 70 kilomètres (sous les chaînes de montagne) et se nomme le manteau supérieur. Il est composé de deux parties :
-Un couche plastique appelé « l’asthénosphère »
-Une couche plus compacte faite de roches solides, elle s’appelle la « lithosphère » .

La lithosphère est  la couche superficielle qui peut se déplacer sur l’asthénosphère plus ductile : c’est la tectonique des plaques.

La lithosphère se découpe en 12 plaques lithosphériques

Puis nous avons abordé différents sujets importants comme les deux suivants :
– La dérive des continents dont l’idée commence à apparaître au XVI ° siècle quand nous avons commencé à faire des cartes et où nous avons remarqué que les continents s’emboîtaient.
Au XIX ° siècle, M. Pellegrini dit par exemple que tous les continents étaient accrochés pendant la période primaire. Pour faire cette hypothèse il s’appuie sur des plantes et des fossiles identiques dans différents continents. Grâce à ses fossiles, il date la séparation de continents à trois millions d’années.
Au XX° siècle, M. Wegener nomme cet ensemble continental unique la Pangée. À l’appui de sa théorie il avance de nombreux arguments :
– Argument géographique : le complémentarité des continents
– Argument géologique : similitude des roches et des chaînes de montagnes
– Argument climatique : trace de glaciation sur des pays frontaliers à l’époque de la Pangée
– Argument paléontologique :  fossiles de divers êtres vivants identiques sur les différents continents

– Les plaques lithosphériques présentent  trois types de frontières de plaques :
divergence, convergence, transformante.

La tectonique des plaques est prouvée par l’existence des séismes et des volcans.

Elève anonyme : J’ai bien aimé cette expérience car j’ai appris de nombreuses choses, comme par exemple la Pangée.
Artur 4°1 : Je n’ai pas trouvé cela intéressant car c’était trop long et pas très adapté à notre âge.
Aceline 4°1 : Super et intéressant mais un peu trop long. Ce que j’ai préféré est quand il a raconté son expérience personnelle qui était passionnante.

Lison Jay 4ème1

L’EVOLUTION DES ESPECES DECRYPTEE

M. Olivero, que nous avions déjà rencontré l’année dernière lors d’une conférence sur la tectonique des plaques, est intervenu une seconde fois au sein de notre collège, mais pas sur le même sujet…

Arrivé le lundi 12 mars à neuf heures en salle de 4e1, le scientifique nous a conté pendant deux heures la longue et intrigante histoire et de l’évolution des espèces et de son appréhension au fil des siècles.

Les classes de 3e1 et 3e2 étaient au rendez-vous. Après l’installation de celles-ci, M. Olivero débuta sa conférence en l’introduisant par la définition de l’évolution, qui s’avère être un changement, une transformation dans le temps.

« Le plus haut niveau de classification des êtres vivants est le règne qui est divisé en 6 familles : les bactéries, les protistes (organismes unicellulaires), les archées (rien à voir avec les araignées !), les champignons, les végétaux et les animaux » a-t-il développé succinctement, assisté de ses diapositives.

UN COURS CAPTIVANT

« Les grecs, de par leurs observations de fossiles préhistoriques, en conclurent que les espèces évoluaient, il y a de ça 2000 ans ! » s’exclama M. Olivero.

Évoquant les différents conflits de pensées houleux entre religieux et scientifiques sur la question de l’évolution, puis passant par le fixisme jusqu’au néodarwinisme, il n’épargna pas un détail de ce que fut cette longue épopée que l’évolution.

L’après midi c’était au tour des 3ème 3 et 4

Anthoine Platret, 3e1

Conférence sur les trous noirs

Cette conférence a été présentée par Monsieur Cottet, professeur de mathématiques au sein du collège et passionné d’astronomie au point de proposer un atelier annuel sur ce thème et d’animer des conférences lors de la quinzaine des maths.
Le thème général de cette conférence a été la formation des trous noirs. Mr Cottet a commencé par un hommage à Stephen Hawking qui nous a quittés le 14 mars dernier, jour du pi day, soit trois cent ans après la mort de Galilée ! Ce célèbre astrophysicien a travaillé sur les « trous noirs », expression qui date de la relativité générale et ce, même si Einstein n’y croyait pas. Mais qu’est-ce qu’un trou noir ? On peut le comparer à un puits sans fond. En fait c’est un puits gravitationnel au-delà duquel on ne sait pas ce qui se passe ! Le premier d’entre eux a été détecté en 1971 par John Archibald. Pour vous donner une idée du plus gros trou noir, sachez que c’est de l’ordre de quatre millions de masse solaire ! Mais à côté de ces « mastodonte  » tels que le fameux « Garguantua » d’Interstellar, film de science-fiction, d’autres se calculent en micro trous noirs. Mr Cottet a fini cette conférence passionnante sur des calculs mathématiques en lien avec le rayon de Schwarzschild et même si nous n’avons pas tout compris, nous nous sommes rendus compte d’une chose : les maths ouvrent la porte sur un monde encore inconnu et prodigieusement passionnant, permettant, comme nous l’a dit Mr Cottet:  » de rendre intelligible le monde qui nous entoure à travers des équations ».

L’atelier presse

 

 

Jan 20

Un auteur de BD vient rencontrer les élèves!

Le mardi 16 janvier 2018 nous avons eu la visite de l’auteur, dessinateur Pascal  Croci.

Depuis 1983, il réalise des bandes dessinées, il en a fait à ce jour une quinzaine. Ses plus célèbres restent  « Auschwitz « et « Dracula », cette dernière étant inspirée du célèbre livre anglais de Bram Stoker. C’est, en effet, à l’âge de 12 ans que Pascal Croci découvre pour la première fois ce roman dans la bibliothèque de son village, – une révélation pour lui- juste après avoir regardé un film intitulé  » le bal des vampires ».  Dans sa BD Dracula, il a fait le choix  de ne pas représenter le personnage du comte d’une part parce qu’il n’avait pas d’idée précise quant à la manière de le dessiner et d’autre part il a préféré laisser le lecteur se l’imaginer, se l’approprier !

A 15 ans, Pascal Croci commence à dessiner sérieusement avant de rentrer dans une école de dessin, où il s’exerce au dessin industriel. Il dit ne jamais avoir fait d’autres choses que le dessin et nous déclare également qu’il ne faut pas faire une BD pour l’argent mais par passion. Pendant ses périodes de création, il aime bien écouter de la musique et en vieillissant, il préfère travailler sur plusieurs projets à la fois plutôt que sur un seul de peur de se lasser et dans un souci d’ouverture d’esprit. Ainsi, actuellement, il travaille sur une BD consacrée aux indiens, une autre aux sirènes et une troisième à l’anorexie. Nous attendons avec impatience de pouvoir les lire !

Lily- Rose 4°3

 

Déc 28

Noël en chantant !!!

Dans la soirée du Mardi 19 Décembre, la Maîtrise Chalonnaise Saint Charles, dirigée par Monsieur Thibaut Casters, a donné un concert de Noël à l’église Saint Paul.

A 20 heures, la pré-Maitrise, de la Colombière, c’est à dire les enfants du CE2 au CM2, a ouvert le concert. Sur leur dernier chant, les Maîtrisiens sont entrés sur scène en chantant avec eux. Une fois n’est pas coutume, le répertoire proposé a été choisi essentiellement par les chanteurs de 5° à la 3°.  Les chants lents ont alterné à des chants dynamiques, ceux de Noël à ceux de films pour la plus grande joie des spectateurs !

Outre le plaisir de partager un moment de plaisir avec son fidèle public, ce concert a été aussi l’occasion de « tester en live » les titres qui feront l’objet d’un prochain enregistrement. En effet, en mars 2018, la Maîtrise pourra être fière d’avoir à son actif, son second CD !

Valentine et Iseult

Déc 22

Aubade des maîtrisiens !

Le lundi 18 décembre, les maîtrisiens nous ont fait le plaisir de nous donner une aubade dans la salle saint Dominique. Tous les élèves de sixième y sont allés. M.Casters menait la chorale qui était accompagnée par le piano.Les différents morceaux qu’ils nous ont présentés montrent l’étendue du répertoire de la Maîtrise et sa capacité à chanter dans de nombreuses langues , avec en premier un chant espagnol, en deuxième un Gospel, en  troisième la reprise d’une bande annonce d’un film qui est une berceuse, en quatrième l’ extrait d’un opéra intitulé les contes d’Hoffman composé par Offenbach mais aussi l’ extrait de Tarzan composé par Phil Collix chanté uniquement par les 4èmes et les 3èmes, et  pour finir par un  canon Suédois. C’était joyeux !

 Jeanne Terracol et Marina Vian

 

Déc 17

LA PROMESSE DE L’AUBE d’Eric Barbier

Les quatre classes de troisièmes ont eu l’opportunité de découvrir en avant- première au cinéma Axel l’adaptation cinématographique de La Promesse de l’aube, magnifique œuvre de Romain Gary étudiée cette année par les professeures de français. Certains élèves ont choisi de vous donner leur avis sur ce film…

La Promesse de l’Aube est le nouveau film d’Eric Barbier qui sortira officiellement le 20 décembre 2017. Ce film dramatique est une adaptation cinématographique du livre autobiographique de Romain Gary La Promesse de l’Aube.

Ce film n’est pas un chef d’oeuvre en raison de quelques petits défauts, cependant il vaut clairement la peine d’être vu. Les quelques scènes humoristiques, émouvantes et tristes présentes tout au long du film le rendent attrayant.

La Promesse de l’Aube a principalement pour thème l’évolution de la relation mère-fils qui est un des gros points forts du film. Pendant son enfance, Romain Gary est élevé par sa mère Mina Kacew. Cette dernière, lui inculquera un véritable code d’honneur qu’il gardera toute sa vie. Trois scènes mettent bien en valeur ce code.

La première se déroule lorsque Romain Gary rentre chez lui, couvert de boue, après s’être battu. Sa mère se fâche et lui annonce qu’il y a trois raisons valables de se battre : l’honneur, les femmes et la France.

La deuxième scène se passe lorsque Romain lui avoue qu’il s’est fait agressé par un groupe d’adolescents qui l’ont traitée de « sale pétasse juive ». La mère réagit en lui collant une gifle et le prévient que la prochaine fois qu’elle sera insultée,  il devra la défendre même s’il doit y perdre tous ses os.

La dernière scène se passe plus tard dans l’histoire. Romain Gary, adulte, est assis dans un bar. Il voit une jeune femme se faire embêter par un groupe d’hommes et il décide d’aller la défendre alors que sa seule envie est de s’en débarrasser car il la trouve insupportable.

Dans ces trois cas, l’honneur est mis au premier plan et c’est lui qui influence la réaction des protagonistes.

Mina Kacew a toujours prédit un avenir radieux pour son fils. Elle répète souvent : « Tu seras un grand écrivain, un Général et Ambassadeur de France ». Romain Gary, à cause de l’amour qu’il porte à sa mère, ne peut refuser et lui fait la promesse de devenir celui qu’elle a toujours rêvé. La cause de cette promesse s’explique aussi par ce passage de son enfance où tous les habitants leur ont ri au nez quand Mina Kacew leur a dit haut et fort que son fils serait un grand personnage.

L’amour que Romain Gary porte à sa mère est tel qu’il ne veut en aucun cas la décevoir. Il cache donc souvent la vérité pour ne pas l’inquiéter, comme quand il lui explique qu’il publie des nouvelles sous un autre nom que le sien ou encore quand il falsifie la véritable cause pour laquelle il n’a pas été nommé officier.

Le second thème que nous voulons aborder est les changements d’ambiance. En effet, il arrive souvent que l’on passe d’une situation à une autre en un instant. Le comique, le pathétique et la tristesse s’enchainent de manière fluide tout en surprenant le spectateur. Prenons pour exemple la scène d’annonce de Mina à son fils qu’il doit aller tuer Hitler. Au début, l’ambiance est neutre jusqu’à ce que la mère annonce qu’elle a longtemps réfléchi. Le suspense prend le pas jusqu’à ce qu’elle déclare son projet. La réaction de Romain Gary nous plonge alors dans une succession de pensées comiques, pathétiques, angoissantes et dans l’inquiétude.

Le dernier point qui nous a vraiment plu est le jeu des deux acteurs principaux : Pierre Niney et Charlotte Gainsbourg. Les deux rôles sont très bien interprétés et on a vraiment l’impression qu’ils vivent les personnages qu’ils incarnent. Nous gardons tout de même une légère préférence pour Charlotte Gainsbourg qui, avec un peu de maquillage et beaucoup de talent, a su recopier tous les traits de la mère décrits dans le livre. On pourrait prendre n’importe quelle scène où elle apparaît pour illustrer sa performance, mais celle que nous gardons est la scène de l’annonce à son fils qu’il doit aller tuer Hitler. Tous les ingrédients de ce passage sont mêlés avec une perfection qui nous laisse stupéfaits.

Grégoire FULCHIRON et Matéo BORGOTTI

La promesse de l’aube est un film d’Éric Barbier issu du livre autobiographique de Romain Gary. Les acteurs principaux sont, Pierre Niney, dans le rôle de Romain et Charlotte Gainsbourg dans le rôle de sa mère. Ce film sortira très prochainement, le 20 décembre 2017. Son thème porte sur l’amour passionnel entre une mère pleine d’ambition et son fils.

Nous avons bien apprécié ce film et ce dans son intégralité. Vos sentiments seront partagés entre tristesse, comme pour la mort de la mère de Romain, la joie lorsqu’il publie son premier livre, la peur et les frissons dans la scène de l’avion durant la guerre et bien d’autres sentiments encore…

Les acteurs vivent vraiment leur rôle et entrent dans la peau des personnages, Charlotte Gainsbourg (la mère de Romain) est vieillie grâce à du maquillage, nous voyons son évolution physique ainsi que son caractère, elle se durcit et essaie de rentrer dans la peau d’une mère, plutôt ambitieuse. Il en est de même pour Pierre Niney (Romain), nous l’avons vu grandir et évolué aussi bien physiquement que mentalement grâce à l’éducation qu’il a reçue de sa mère.

Ce film vous transportera dans la vie de romain Gary, le temps d’un film, 2h10 pour mieux le connaître. 

Lilie David-Ruget, Lolita Gonnet et Axelle Dury

 

Nov 10

« Cambridge »

Tous ensemble pour la remise des diplômes de Cambridge session 2017 aux élèves de 4èmes et 3èmes, ce lundi 6 novembre dans la somptueuse salle des conseils de la mairie de Chalon sur  Saône.

En effet chaque année au sein du Collège, depuis 10 ans nous remettons les diplômes aux élèves ayant obtenu leur certification de CECRL en anglais. Pour la session 2017, 40 élèves se sont préparés, des élèves volontaires mais aussi sélectionnés pour leur bon niveau en anglais. Puis courant mai 2017, ils se sont rendu à Lyon, à l’université catholique afin de passer leur diplôme de Cambridge langue étrangère soit l’anglais.

Mais cette année pour les 10 ans, cette remise a eu lieu à la mairie. Une cérémonie solennelle organisée salle du Conseil municipal de la mairie de Chalon sur Saône  avec les parents, Mme Véronique Champenois, Chef d’établissement, Monsieur Andrew Spraggins représentant Cambridge, Mesdames Karelle Doublot, Patsy Lacroix et Bridget Morel professeurs d’anglais en présence du maire Monsieur  Gilles  Platret.

Discours inaugural par Madame Champenois remerciant Monsieur le maire et sa collaboratrice pour avoir accepté  cette cérémonie  en un lieu « porteur de sens citoyen », nous rappelant la nécessité  de maitriser l’anglais,  le début d’une collaboration avec Monsieur Spraggins, s’adressant aux élèves  sur leur première réussite de leur carrière d’étudiants, des qualités nécessaires comme le sérieux, la ténacité et l’ouverture à l’autre et pour finir remerciant l’équipe des professeurs d’anglais pour leur investissement tout au long des années collèges en organisant un voyage en cinquième, spectacle en 4èmes et la préparation à Cambridge. Puis Monsieur Spraggins a pris la parole en donnant quelques chiffres concernant Cambridge, 105 ans d’existence, 5 millions de candidats dans 137 pays. Il a insisté sur l’importance de pratiquer deux langues étrangères en plus de sa langue maternelle. Monsieur le maire a clôturé ce discours en insistant sur le fait qu’il n’y a pas de citoyenneté sans école, sans savoirs et qu’il était important de penser par soi-même et que ces jeunes seront « citoyen européen à l’âge de 18 ans »

Puis ce fut la remise des diplômes tant attendue par nos jeunes lauréats, animée par  les sketches des élèves et d’une place de spectacle offerte par la municipalité.

La clôture par un buffet offert par la mairie de Chalon sur Saône à permis à l’assemblée de se retrouver autour du verre de l’amitié.

Quelques impressions d’élèves :

Marie : »Pas de stress pour l’examen car on a eu une bonne préparation »

Tanguy : » plus approfondi qu’en cours et même si le stress est présent on se sait rassuré en raison d’une bonne préparation »

Romain:  » un an en 4ème, résultat décevant d’où  je n’ai pas participé en 3ème et maintenant je regrette de ne pas avoir continué  pour améliorer mon niveau »

Encore bravo  à nos jeunes


Merci à tous les acteurs  pour cette belle soirée en particulier Monsieur Legrand, chef du protocole  de la mairie.

40 Inscrits dont 28 pour le KET ( key English test bon niveau A2) et 12 pour le PET ( preliminary English test bon niveau B1)

38  reçus avec 3 mention Excellent et 10 mention TB pour le KET et 2 mention excellent et 4 mention TB pour le PET

Véronique Guyon

 

 

 

 

 

 

Sep 27

Journée d’intégration des maitrisiens

 

vendredi 22 septembre tous les élèves maitrisiens  du collège et du primaire se sont retrouvés à 9h00 pour passer la journée tous ensemble.

Au programme départ pour l’internat pour poser les valises et le pique nique.

Puis jeux en groupes  au parc des biches, géré par les élèves de troisième qui avaient préparer tout cela  et apporté le matériel nécessaire.

Les maitrisiens ont donc pu jouer au béret, au passe cerceau, à Oxford Cambridge au Time’s up, à saute mouton et à la passe à 10.

Une fois les jeux terminés les élèves sont remontés à l’internat pour faire le pique nique dans la cour puis ils ont pu jouer librement tous ensemble au foot ou au basket.

Ensuite les élèves se sont changés pour mettre leurs tenue de maitrise puis ils sont tous partis à la Cathédrale Saint Vincent pour faire des photos de tout le groupe.

Après la photo de groupe à l’intérieur de la cathédrale les élèves sont allés  au carmel et se sont séparés en deux groupes la pré-maitrise et la maitrise.

La pré-maitrise a fait des photos par classes et les élèves maitrisiens ont répété pour l’aubade du soir.

Une fois les photos des pré-maitrisiens terminées, les enfants sont remontés à l’internat se changer puis sont retournés à l’école tandis que les collégiens ont eux aussi fait des photos pour le calendrier de la maitrise.

Ensuite les collégiens sont remontés aussi à l’internat puis sont allés au collège pour retourner chez eux avant de revenir à 18h00 pour préparer l’aubade.

A 18h30 les invités sont arrivés pour l’aubade, en effet la maitrise avait convié tous les partenaires financiers qui ont participé à la réalisation de la tournée de l’année écoulée à New York.

Pour le chœur d’enfant c’était l’occasion de remercier tous les donateurs et de proposer le nouveau répertoire, tout cela sous la direction de Thibault Casters et sous l’œil attentif  des directrices Madame Champenois et Madame Le Métayer.

La réception s’est poursuivie autour du verre de l’amitié offert par la maitrise  au cloitre du Carmel.

Merci aux élèves de troisième pour leur implication pour gérer les jeux et à Isabel Paulo pour avoir organisé cette journée.

A très bientôt.

Magali