Avr 01

Visite à la ferme

Toutes les classes de 6° se sont rendues à Laives pour visiter la ferme de Madame et Monsieur Perrousset. Lors de cette sortie, les élèves ont pu découvrir dans le cadre de la  » ferme ouverte  » le métier d’agriculteur.

Quelque élèves de 6°4 nous ont indiqué ce qu’il ont fait durant cette matinée. Les élèves ont pu s’intéresser à l’élevage de vaches charolaises. Les hôtes de la ferme leur ont appris à les nourrir ainsi qu’à les soigner.


Lorsque nous sommes arrivés sur le parking de la ferme, nous avons changé de chaussures pour que celles-ci soient plus adaptées. Puis nous sommes partis en direction de la ferme où Madame Perrousset nous attendait. Elle nous a expliqué le fonctionnement de sa ferme, nous avons appris qu’un nouveau veau devait bientôt naître. L’agricultrice nous a emmenés devant les vaches pour nous expliquer la différence entre le foin et la paille : le foin est constitué d’herbes sèches et la paille de tiges de blé. Nous sommes allés un peu plus loin pour voir où cela était rangé pour l’hiver. Nous leur avons donné à manger sans grand succès puis nous sommes montés derrière le bâtiment pour admirer de loin les génisses et d’autres vaches. C’était l’heure de partir, nous sommes tous redescendus pour remercier nos hôtes. Cette journée était pleine de découvertes et d’admiration pour ces bêtes.

Lola Gaillard et Leopold Simon

Avr 01

CITOYENS NUMERIQUES RESPONSABLES ?

Sommes-nous conscients de la puissance d’un « partage » sur les réseaux ?

Le 19 mars 2019 Madame BOLDRINI a organisé un débat sur les réseaux sociaux pendant une heure de français au CDI. Cette démarche a permis à la classe des 3º1 d’apprendre de nombreuses choses et surtout à prendre conscience de la puissance d’un réseau social.

En ouverture de ce débat Madame BOLDRINI a demandé quels étaient les réseaux sociaux les plus utilisés quotidiennement. La majorité de la classe a surtout Instagram et Snapchat. Ce sont des réseaux très fréquentés par la jeunesse actuelle car beaucoup de différentes choses tournent comme des contenus drôles, les histoires des proches, des « news » ou même des contenus pour sensibiliser les utilisateurs. La plupart du temps ces deux réseaux sociaux sont utilisés pour avoir des conversations avec des amis.

Zone de Texte: « Snapchat et Instagram sont les plus utilisés par les jeunes »

 

  Après avoir caractérisé ces deux réseaux nous avons échangé sur nos « likes » et nos « partages » de contenu car en effet beaucoup d’utilisateurs « like » des contenus sans forcément savoir pourquoi, ni même savoir d’où vient l’information. Cela est d’autant plus grave lorsque l’on « partage » car c’est alors un choix personnel qui nous engage entièrement. En faisant cela les utilisateurs n’ont pas forcément conscience que c’est réellement leur opinion qu’ils affichent.

Prenons l’exemple du terrible attentat de Christchurch en Nouvelle-Zélande qui a fait malheureusement une cinquantaine de morts.

Le terroriste qui avait 28 ans maîtrisait parfaitement la technologie et les codes de la vera-lite. Il était équipé d’une caméra qui a pu transcrire la tuerie en direct sur Facebook et sur d’autres réseaux. La vidéo a été partagée à une vitesse phénoménale. Facebook parlait d’avoir du supprimer plus d’un million et demi de vidéos en 24h et encore plus extravagant pour YouTube qui disait que, après quelques heures de la diffusion en direct, la copie de la vidéo se serait chargée toutes les « une » seconde, sans parler des autres plateformes. Le but de ce terroriste était de transformer ses meurtres en page de pub et d’avoir le plus d’échos possibles à son action. Ce qui a été le cas.

Certes les plateformes des réseauxZone de Texte: Complice de l’apologie du terrorisme en un « clic » auraient pu réagir plus vite pour les supprimer mais le mal était déjà fait.

C’est aux utilisateurs avant tout que revient la responsabilité de leur partage. Comme on a pu le dire avant, le « partage » est un choix personnel. Ici, en « partageant » une telle horreur, les utilisateurs ont montré qu’ils n’avaient non seulement pas conscience de la responsabilité et du poids de leur « clic » mais surtout qu’ils se rendaient ainsi complice de l’apologie du terrorisme.

Alors soyons vigilants. Chaque action sur les réseaux nous engage entièrement. Chaque clic représente notre empreinte numérique et sera toujours traçable. C’est pourquoi il faut être conscient et responsable de nos actes sur Internet.

Thibault LEMAIGNEN

Fév 12

Rame en 5ème au collège Saint Dominique

 

 Le 31 Janvier et le 1er Février, les quatre cinquièmes du collège Saint-Dominique ont participé à la course « Rame en 5éme » qui clôture les trois autres activités proposées à savoir : Le jeux des calories, le quiz SVT, les 40 secondes.

Le jeux des calories consiste à déterminer combien de calories on dépense en 1 minute. D’abord chaque élève de la classe choisit un plat sur sa feuille et regarde combien de calories il contient et en combien de temps il peut les brûler, par exemple, pour un kiwi il faut 3 minutes.

Le quiz SVT consiste à repérer des informations pour remplir un questionnaire sur les différents organes qui agissent quand on fournit un effort comme le cœur, les poumons et aussi la digestion pour pouvoir évaluer ce que dépense l’organisme lorsqu’il est en activité sportive.

Le but de la troisième épreuve est d’aller le plus loin possible en 40 secondes, une façon efficace de s’entrainer.

L’objectif de cette opération est de développer chez les jeunes un esprit sportif et compétitif pendant ces deux journées, mais c’est également l’occasion de mettre en pratique des connaissances plus théoriques : pour l’activité de brûlage de calories avoir des notions en mathématiques est indispensable, on améliore aussi  les notions de SVT avec le quiz. En somme, c’est la possibilité d’avoir « un esprit sain dans un corps sain »…

Nathan et Marine

Anthonin Lambert

Fév 01

La galette !!!

 

Un moment récréatif au sein de la classe de 4°3 en partageant une galette, gracieusement offerte par la maman de Lila Chaudat.

Auxanne et Ines

Nov 16

Première guerre mondiale : Souvenons-nous

Pour commémorer le centenaire de la fin de la grande guerre, les élèves des classes de 3e2 et 3e4 se sont mis dans la peau des soldats de la grande guerre en écrivant des lettres inspirés de vraies lettres pour les exposer au CDI.

A l’occasion du centenaire de l’armistice, la documentaliste a mis en place une exposition sur le thème  « Père, mère, enfant, en 1914-1918 » prêté  par Le musée Historial de la Grande Guerre qui est partenaire. L’objectif était de rappeler à notre mémoire cette effroyable guerre et mettre en valeur le travail des élèves des classes de 3ème2 et 3ème4, soit l’écriture de lettres fictives dignes de la grande guerre et de ses souffrances.

Depuis le début de cette année, les 3ème 2 et 3ème4 ont étudié la guerre mondiale 14-18 dans diverses matières. Aborder ce sujet dans toutes les matières est une première car cette année est l’année de la commémoration du 100ème anniversaire de cette guerre fratricide.

L’ensemble des travaux a été exposé le 10 novembre à l’église Saint-Pierre lors du concert des Maîtrisiens accompagnés par l’orchestre allemand de Dunningen.

  • En Français, les élèves ont étudié des poèmes ainsi que des lettres écrits par des poilus pour dénoncer l’horreur des tranchées. A leurs tours, les élèves ont fait l’exercice de se mettre à leur place et de rédiger une lettre d’adieu adressée à leurs familles proches. Il eut fallu pour cela utiliser un support cohérent, original et en rapport avec la période. Nos élèves ont fourmillé d’idées : une bouteille, une chaussure, une écorce de bois….
  • En histoire, les élèves non-maîtrisiens ont réalisé des panneaux sur des thèmes précis. Les gueules cassées, l’arrière du front…
  • Les maitrisiens, quant à eux ont participé non seulement par leur écriture mais aussi  par leur voix accompagné par l’orchestre à corde de l’école de musique de Dunningen en Allemagne invité  à venir partager ce moment de fraternité avec eux. Un oratorio a été présenté en concert le 10 novembre, intitulé « L’homme qui titubait dans la guerre ». Des solistes professionnels étaient présents, de jeunes violonistes de 6 ans ont fait des solos. Tout le monde y a mis de son cœur et de son énergie pour faire de cette commémoration on seulement un moment unique remplit d’émotion.

Anaia  et Alexis

Ce fut un moment d’une grande intensité que ce concert donné par la Maîtrise Saint-Charles de Chalon et l’orchestre de l’école de musique de Dunningen, en particulier pour l’interprétation de l’oratorio « 1918, l’Homme qui titubait dans la guerre… »

Une œuvre exceptionnelle interprétée avec grand talent par tous ces jeunes réunis…

Merci aux enfants pour cette belle soirée, aux parents d’élèves pour leur aide, nombreux accompagnateurs, à Thibautl Casters et à madame Paulo.

Samedi prochain les élèves seront en concert à Saint Germain du bois à l’église à 20h00  un concert pour la paix au profit du secours catholique.

Une exposition et un concert  apprécié par les élèves du collège.

Magali

Oct 10

A la rencontre des agricultrices

Dans le cadre de la semaine du goût, ce lundi 8 Octobre au Collège, Bernadette Carillon et Evelyne Perousset toutes deux éleveuses de bovins sont venues présenter leur métier aux classes de 6èmes

Elles possèdent un élevage de vaches laitières qui  élèvent leurs veaux de 2 à 8 semaines. Le bétail est ensuite envoyé à l’abattoir et vendu aux bouchers de Bourgogne.

Les élèves de 6ème ont remarqué qu’en Bourgogne, tous les produits nécessaires sont présents : viandes, fruits, légumes, produits laitiers… sauf les poissons de mer. Cette prise de conscience de la richesse de notre région s’est faite lorsque Mme Carillon et Mme Perousset  leur ont proposé  de créer un menu de Noël :

En entrée :

Vin blanc provenant des vignes de Bourgogne, l’une des agricultrices étant productrice de Crémant de Bourgogne. Cette année, elle a  récolté 40 tonnes de raisins. Le jus de cassis est également Bourguignon. Les salades au canard, pains tartinés de rillettes sont également des entrées de notre région.

En plat de résistance :

La dinde de Bresse est le plat le plus fameux accompagné des légumes de notre région.

Le fromage :

Comté (Appellation d’ Origine Contrôlée), fromage de chèvre et fromage de vache.

En dessert :

La bûche fait son entrée. Les élèves de 6ème nous ont donné la recette :

œufs de Bourgogne, farine fait avec du blé du Bourgogne, huile de tournesol, lait des vaches laitière de notre région. De quoi nous mettre l’eau à la bouche !

Les élèves ont également pu découvrir les particularités des vaches charolaises de Bourgogne. Elles ont notamment  le pelage blanc. Certaines sont inséminées (injection de spermatozoïdes). Les veaux sont déclarés puis reçoivent leur identifiant en numéro (EDE).

Maintenant parlons des b et des taureaux. Les bœufs sont castrés contrairement aux taureaux. L’une des agricultrices nous a expliqué que les bœufs sont envoyés en Italie.

Enfin cet agréable entretien s’est achevé sur un dernier conseil d’une des ces spécialistes des bons produits : moins faire confiance au BIO du supermarché (BIO étranger) et accorder son crédit  au BIO en vente directe comme sur les marchés et surtout une excellente dégustation.

DEPRIESTRE CONIN Auxanne et GESNOUIN Lauryne

Juin 11

Tournoi de mots-croisés…

Le samedi 26 mai, deux élèves de 5°2, Thomas Lagoutte et Fanny Paillard, du collège Saint-Dominique, ont participé au tournoi final de mot croisés situé à Is-sur-Tille, comme plusieurs autres binômes de 32 autres collèges des académies de Besançon, Dijon et Reims.
Cette manifestation a commencé par un discours d’ouverture poursuivit par le début des épreuves. Chaque binôme possédait une grille placée sur un tréteau. L’ensemble des grilles avait pour thème les insectes. Les conditions de réussite pour passer à la suite du tournoi était de terminer les premiers sans faire de fautes. Nos deux candidats ont perdu et ont poursuivit par le tournoi de consolante auquel ils ont également échoué. Le public à pu participer grâce à une petite grille qu’ils avaient depuis le début du championnat même si leur score ne comptait pas. Les récompenses ont été distribuées à 18h30 ce qui paraissait long pour notre binôme d’élèves.

Les avis de Thomas et de Fanny sont que l’ensemble de cette manifestation était bien mais ils étaient déçus par le manque d’animation du tournoi. Pour cette 18ème édition, nos deux participants pensent qu’ils n’étaient pas assez préparés et que si l’occasion de participer à une prochaine édition se présente, un peu plus d’entrainement ne leur fera aucun mal…

BORDAT Roman 5°2

Avr 08

« Le Horla » au studio 70

Le 30 mars, les 4èmes ont assisté à la représentation du Horla, mis en scène à partir de la célèbre nouvelle écrite par Guy de Maupassant au XIXème siècle.

Cette pièce était une occasion pour les élèves de quatrième de visualiser une œuvre qu’ils étudient en classe dans le cadre de la nouvelle fantastique à leur programme.

Ainsi pendant une heure, au studio 70, Xavier Regnault a maintenu en haleine les spectateurs qui assistaient à la montée de la folie chez le narrateur possédé par ce fameux  » Horla « . Initialement nouvelle fantastique, cette œuvre repose sur le doute : on se sait pas exactement si le personnage est réellement possédé par un esprit malfaisant ou s’il est victime de son imagination et de son délire. Le comédien, lui, a pris le parti de mettre en scène cette seconde possibilité. Les élèves ont ainsi pu voir qu’un même texte peut être mis en scène de manière différente.

Il faut saluer la performance de Xavier Regnault, seul sur scène, qui a su captiver son auditoire comme le prouvent les nombreuses questions lors de l’échange avec son public. Lorsque l’on sait que son autre métier est vigneron, avant d’être comédien, on se dit que certaines personnes possèdent des talents multiples !

 

Juline DUMAS, Inès MARASCIA, Pascaline BOIS, 5°1 et Alice SAUVAT, 5°3

 

 

 

Mar 29

Les 6°2 à la chèvrerie de M. Gonot à Russilly

Jeudi 22 mars 2018, à 8h, toute la classe a pris le bus pour aller à Russilly, un hameau de Givry.

Le bus nous a déposé à 500m de la chèvrerie, nous avons marché dans le hameau, passant à coté d’un lavoir et d’un four à pain très jolis.

A la ferme, nous avons été accueillis par un chien de berger et par Lucie, associée du Gaec.

Elle nous a conduit dans le bâtiment des chèvres. Celles-ci venaient d’être traies, elles mangeaient de la luzerne sèche.

Là, Lucie nous a expliqué l’élevage des chèvres. L’élevage existe depuis 1962, le père de M.Gonot s’est installé à Russilly avec quelques chèvres, depuis l’exploitation à évolué et le nombre d’associé a augmenté. Le GAEC est composé de 3 personnes et comprend  90 chèvres, 45 chevreaux et 5 boucs, il y a aussi des vaches charolaises. Les chèvres sont élevées pour leur lait alors que les vaches le sont pour leur viande.

En hiver les chèvres sont dans le bâtiment et ne sortent que s’il fait beau et chaud alors que l’été, elles sont dehors et ne rentrent que pour les traites et la nuit. La nourriture de ces animaux est en partie cultivée par les agriculteurs du Gaec, sur place. Ils achètent seulement les compléments alimentaires (pierre à sel, vitamines).

Pour que les chèvres aient du lait, elles doivent avoir un chevreau. Elles portent 5 mois et au mois de février / mars elles mettent bas, généralement la journée, lorsque les agriculteurs sont présents. Elles n’ont qu’une seule portée par an mais peuvent avoir des jumeaux.

Les cabris sont séparés de leur mère quasiment à la naissance, ils boivent le colostrum (premier lait riche en vitamines et anticorps) pour les fortifier puis sont élevés à la louve : machine qui fabrique du lait artificiel et le distribue aux cabris grâce à des tétines. Les chèvres produisent environ 3 litres de lait par jour tous les jours. La traite a lieu 2 fois par jour à 7h et 18h. Le lait est gardé pour fabriquer des fromages. Pour fabriquer du fromage, il faut environ 3 jours : après la traite, le lait est chauffé à 20°, on ajoute de la présure et du petit lait et on laisse le lait cailler 48h.

Le lait caillé est mis en moule pour que le petit lait s’égoutte puis les fromages sont démoulés. A partir de là, soit ils sont vendus frais « nature », soit  enrobés d’épices (herbes de Provence, échalote, paprika, persillade), soit mis à sécher pour vendre des fromages demi-secs ou secs. Nous avons terminé la visite très enrichissante par une dégustation.

Elèves de 6ème2

 

 

 

 

 

Mar 24

Concours défi mots

Jeudi 15 mars, nous avons interviewé Mme Broux, professeur de Français  au sujet de défi mots.

Marina et Pascaline : En quoi consiste le concours Défi’mots ?

Mme Broux : C’est un concours généraliste sur la langue française et les questions portent sur le vocabulaire, l’orthographe, la grammaire, la syntaxe et la culture littéraire. C’est un concours national ouvert aux élèves de primaire et aux collégiens. C’est un concours solidaire car il permet d’offrir des livres aux enfants défavorisés dans le monde qui n’ont accès ni à la lecture ni à la littérature.

Marina et Pascaline : Quel est l’intérêt de faire participer vos classes ?

Mme Broux : Cela permet aux élèves de travailler les points de langue d’une manière plus ludique puisqu’ils s’entraînent grâce au site officiel du concours  donc, par l’intermédiaire d’un outil numérique. Cela permet une progression personnalisée puisque chaque élève travaille en autonomie avec l’outil informatique. Il peut donc progresser à son rythme.

Marina et Pascaline : Quand se déroule le concours ?

Mme Broux : Le concours se déroule pendant les heures habituelles des cours de Français.

Marina et Pascaline : Peut-on s’y inscrire individuellement ? Si oui, comment s’y inscrire ?

Mme Broux : Sur site, deux participations possibles.

Marina et Pascaline : Quand seront publiés les résultats, et comment les élèves pourront-ils y avoir accès ?

Mme Broux : Du 17 mars 2018 jusqu’à fin avril où il y aura la mise en ligne des résultats et en Mai 2018 envoi de la dotation.

Marina et Pascaline : Est-ce que le collège a déjà été sur le podium ?

Mme Broux : Il y a déjà eu deux sixièmes et deux cinquièmes de Saint-Dominique parmi les 60 premiers.