Nov 16

Première guerre mondiale : Souvenons-nous

Pour commémorer le centenaire de la fin de la grande guerre, les élèves des classes de 3e2 et 3e4 se sont mis dans la peau des soldats de la grande guerre en écrivant des lettres inspirés de vraies lettres pour les exposer au CDI.

A l’occasion du centenaire de l’armistice, la documentaliste a mis en place une exposition sur le thème  « Père, mère, enfant, en 1914-1918 » prêté  par Le musée Historial de la Grande Guerre qui est partenaire. L’objectif était de rappeler à notre mémoire cette effroyable guerre et mettre en valeur le travail des élèves des classes de 3ème2 et 3ème4, soit l’écriture de lettres fictives dignes de la grande guerre et de ses souffrances.

Depuis le début de cette année, les 3ème 2 et 3ème4 ont étudié la guerre mondiale 14-18 dans diverses matières. Aborder ce sujet dans toutes les matières est une première car cette année est l’année de la commémoration du 100ème anniversaire de cette guerre fratricide.

L’ensemble des travaux a été exposé le 10 novembre à l’église Saint-Pierre lors du concert des Maîtrisiens accompagnés par l’orchestre allemand de Dunningen.

  • En Français, les élèves ont étudié des poèmes ainsi que des lettres écrits par des poilus pour dénoncer l’horreur des tranchées. A leurs tours, les élèves ont fait l’exercice de se mettre à leur place et de rédiger une lettre d’adieu adressée à leurs familles proches. Il eut fallu pour cela utiliser un support cohérent, original et en rapport avec la période. Nos élèves ont fourmillé d’idées : une bouteille, une chaussure, une écorce de bois….
  • En histoire, les élèves non-maîtrisiens ont réalisé des panneaux sur des thèmes précis. Les gueules cassées, l’arrière du front…
  • Les maitrisiens, quant à eux ont participé non seulement par leur écriture mais aussi  par leur voix accompagné par l’orchestre à corde de l’école de musique de Dunningen en Allemagne invité  à venir partager ce moment de fraternité avec eux. Un oratorio a été présenté en concert le 10 novembre, intitulé « L’homme qui titubait dans la guerre ». Des solistes professionnels étaient présents, de jeunes violonistes de 6 ans ont fait des solos. Tout le monde y a mis de son cœur et de son énergie pour faire de cette commémoration on seulement un moment unique remplit d’émotion.

Anaia  et Alexis

Ce fut un moment d’une grande intensité que ce concert donné par la Maîtrise Saint-Charles de Chalon et l’orchestre de l’école de musique de Dunningen, en particulier pour l’interprétation de l’oratorio « 1918, l’Homme qui titubait dans la guerre… »

Une œuvre exceptionnelle interprétée avec grand talent par tous ces jeunes réunis…

Merci aux enfants pour cette belle soirée, aux parents d’élèves pour leur aide, nombreux accompagnateurs, à Thibautl Casters et à madame Paulo.

Samedi prochain les élèves seront en concert à Saint Germain du bois à l’église à 20h00  un concert pour la paix au profit du secours catholique.

Une exposition et un concert  apprécié par les élèves du collège.

Magali

Mar 13

Justice des mineurs

Vendredi 2 mars une employée de la mairie est venue faire une conférence sur la justice des mineurs à toutes les 4èmes. Cette conférence avait pour nom « 13/18 questions de justice » car elle cible les enfants entre 13 et 18 ans, les adolescents. La conférence a duré 2 heures. Nous étions dans la salle Oasis.
La justice : c’est avoir des droits ET des devoirs.
Un nourrisson qui naît en France à des droits dès sa naissance. Le droit du sol par exemple qui dit qu’un enfant qui naît en France a la nationalité français contrairement à certains pays où cela ne marche pas aussi facilement.

Nos Droits :
•Droit de s’exprimer,
mais il a des limites car on ne tolère pas les propos racistes, sexistes… tous les propos discriminants sont interdits en France.
•Droit à l’instruction,
l’école par exemple est obligatoire de 6 à 16 ans.
•Droit d’être entendu,
la maltraitance par exemple est prise très au sérieux encore plus pour les jeunes car ils sont jugés incapable de se défendre seul. Le numéro 119 a été créé spécialement pour ces cas là. Les enfants ne risquent rien en appelant ce numéro car tout à été prévu pour ne pas mettre l’enfant en danger. En effet l’appel n’apparaît sur aucune facture et même en demandant des détails un parent ne peut pas savoir que son enfant a appelé ce numéro, de plus le numéro est gratuit, disponible 24 heures sur 24 et ce sont des professionnels qui peuvent vous donner des conseils utiles au bout du fil.
•Droit d’être protégé,
par ses parents la plupart du temps. Détails dans le code pénal.
•Droit d’être défendu,
par exemple lors d’un procès l’enfant est obligatoirement accompagné d’un avocat car on ne le considère pas à même de se défendre seul, et si l’enfant ne peut pas le payer c’est l’état qui le fait.
•Droit à une justice adaptée,
les enfants sont jugés différemment des adultes car ils n’ont peut être pas conscience de ce qu’ils ont fait, et ils ne pourraient pas résister à la même peine qu’un adulte. Si un enfant et un adulte sont condamnés pour la même chose et que l’adulte est condamné à 4 ans de prison et 2 000 euros d’amende, un enfant lui, ne sera condamné qu’à 2 ans de prison et 1 000 euros d’amende. la peine est divisée par deux tant que le coupable a moins de 18 ans.

Les enfants comme les adultes peuvent commettre des infractions (ce sont les moins graves), des délits ou des crimes (ce sont les plus graves).

Les Devoirs d’un enfant :
•Respecter la loi,
mais attention si nous sommes en voyage par exemple c’est la loi de l’autre pays qui va nous juger.
•Contraventions,
si on ne porte pas de casque par exemple un enfant est tout aussi responsable qu’un adulte.
•Infractions,
un enfant peut lui aussi avoir jusqu’à 3000 € d’amende au bout de la deuxième fois.
•Délit,
un enfant peut être lui aussi placé en garde à vue.
•Les crimes,
un enfant qui a plus de 16 ans peut être jugé comme un adulte quand il commet un crime la peine n’est plus divisée par deux.

À l’époque romaine la justice pour enfants était différente. Elle s’appelait le « Pater Familias » et comme le dit le nom c’est le père de famille qui en était responsable. Il avait le droit de vie ou de mort sur ses enfants et sa femme.

C’est seulement à partir de 15 ans et 3 mois que la justice estime un jeune capable de choisir si il désire ou non un rapport sexuel. Quand les deux enfants ont moins de 15 ans et même s’ils sont tous les deux d’accord, les parents peuvent porter plainte contre les parents de l’autre enfant.

En justice il existe les « circonstances aggravantes » exemple si on pousse une personne dans la rue la peine est plus importante si la victime est âgée ou enceinte…
en France le port d’armes est interdit mais être retrouvé avec des ciseaux dans ses poches peut aussi entraîner des choses.

Il existe aussi le numéro de secours, le 3020 qui est le numéro pour les harcèlements. Si on est harcelé on peut aussi écrire au juge des enfants sans timbre (sans payer d’argent).

Lison Jay 4*1

 

Fév 15

Découverte du musée Denon

Les élèves de 6èmes se sont rendus au Musée DENON de Chalon, pour visiter une partie de la section Beaux-arts, pendant une matinée.

Dans le cadre du programme d’histoire et du travail interdisciplinaire nommé : « Voyage en Antiquité », ils ont découvert comment des artistes ont pu représenter les héros antiques, les animaux imaginaires, les dieux antiques et leurs aventures. L’occasion de voir que les mythes sont des sources d’inspiration pour les peintres et artistes de toutes les époques.
Les élèves ont aussi, en atelier, réalisé une production autour des vases grecs. Des vases grecs anciens ont été observés puis, sur le papier et à l’encre de Chine, les 6èmes ont composé un décor mythologique sur la silhouette d’un vase à fond rouge.
Une belle et intéressante visite, bien rythmée, qui donnera envie à plusieurs de retourner au musée Denon afin de mieux connaître la richesse de ses collections.
Cette visite s’inscrit aussi dans le parcours artistique et culturel de l’année.

L’atelier presse

Juin 22

« Destination Le Creusot et Blanzy : Une journée au cœur du patrimoine industriel de notre département. »

A peu de distance de Chalon, le 29 mai dernier, les classes de 4°3 et 4°4, ont pu découvrir, par le biais d’une riche visite guidée, l’ancienne manufacture royale de cristaux, devenue résidence patronale de la famille Schneider. Ces derniers, célèbres maîtres de forge pendant quatre générations, de 1837 à 1969 ont présidé aux destinées de générations d’ouvriers et d’habitants de la cité creusotine. Le château de la Verrerie témoigne ainsi de la formidable histoire industrielle du Creusot, ville emblématique de la métallurgie française. Ce bâtiment, abritant aujourd’hui le Musée de l’homme et de l’industrie, a permis d’aborder avec nos élèves, de manière interactive et concrète, un volet important de l’histoire sociale de la cité : le paternalisme. Un système liant patrons et ouvriers, tel qu’il fonctionna au Creusot à la fin du XIXe siècle et entre les deux guerres.
Autour du château, le Parc de la Verrerie, qui s’étend sur une superficie de 30 hectares, a offert, sur le temps de midi, l’occasion à chacun de bien profiter des aires de pique-nique…et de jeux, avant de partir pour Blanzy et l’univers des charbonnages du bassin minier de Montceau.
Le Musée de la Mine de Blanzy se situe quant à lui, sur un ancien puits, le puits Saint-Claude (exploité de 1857 à 1882). Le patrimoine minier de la région disparaissant progressivement, une association, « La Mine et les Hommes », a décidé de remettre en état l’ancien puits et de le rééquiper en machines.
Une projection vidéo présente le processus de formation du charbon, témoigne des techniques minières récentes, de la pénibilité du travail et permet de se familiariser avec les méthodes contemporaines de travail.
La découverte des bâtiments, machines et installations du Jour et du Fond (dans la galerie), accompagnée d’un guide passionnant, fut l’occasion de toucher du doigt l’incroyable réalité du monde de la mine, hier en France et ailleurs dans le Monde.
Une journée qui, à n’en pas douter, marqua les esprits et restera dans les mémoires !

Benoit  Dury, professeur d’histoire géographie


Le Creusot par St_Dominique

 

Juin 16

Aux confins de la Puisaye, bienvenue au Moyen Age !

Depuis 1997, à Treigny, dans l’Yonne, la construction d’un étonnant château mobilise chaque année soixante-quinze  professionnels. Passionnés par leur métier, ils sont tailleurs de pierre, maçons, ferronniers, charpentiers, cordiers, vanniers ou tuiliers. De mars à octobre, sous l’oeil curieux puis fasciné des trois cent mille visiteurs annuels qui viennent les observer en plein travail, ces artisans chevronnés de Guédelon construisent un vrai château fort. Leur défi permanent depuis 20 ans : n’employer que des techniques, outils et matériaux semblables à ceux utilisés au XIIIe siècle, sous le règne de Philippe Auguste.

Un véritable défi technologique et artistique, dans la peau de véritablesbâtisseurs du Moyen Age.

Une leçon grandeur nature pour notre groupe d’élèves de 5e qui se sont rendu au château le jeudi 18 mai. Après une boueuse mais instructive visite guidée des extérieurs puis du logis seigneurial, ils ont pu profiter d’une initiation aux systèmes de mesure du Moyen Age. Quand la géométrie devient pragmatique et ludique !

Un éclairage fascinant sur le génie des bâtisseurs du lumineux Moyen Âge, que beaucoup n’oublieront pas. Journée bien remplie et réussie.

Rendez-vous dans 8 ans pour la pose de la dernière pierre ! Normalement…

Guedelon par St_Dominique

Benoit Dury

Juin 02

Une plongée dans le maquis Morvandiaux.

Le mardi 23 mai les élèves de 3°3 et de 3°4 se sont rendus dans le Morvan pour visiter le musée de la résistance et se rendre dans un cimetière du Maquis.

Accompagnées par Mme LEMAIGNEN (professeur d’histoire géographie au sein du collège), Mme BOLDRINI (professeur français au sein du collège), et Mlle Capucine NODET (fille de la secrétaire de l’école maternelle la Colombière), les deux classes de 3° se sont retrouvées à 8h00 pour un départ à 8h15, direction Saint Brisson dans le Morvan pour visiter le musée de la résistance, et un cimetière du maquis.

Dun les places par St_Dominique

Même si au final notre guide n’a jamais réussi à trouver le chemin du cimetière, le groupe a passé un moment convivial et fort sympathique dans la forêt. Un deuxième groupe, en revanche, a pris la direction de Dun-les-Places pour visiter le mémorial, qui a été un moment fort en émotions à l’évocation des martyrs de ce village.

GUILLAMIN Océane et LAMBERT Nathanaëlle

Avr 15

Visite au musée Denon

Les classes de 6èmes 2 et 3 ont visité le Musée Denon afin de découvrir la nouvelle exposition.

« Cette exposition permet aux visiteurs de découvrir des objets qui, jusqu’alors se trouvaient dans les réserves du musée. Issus d’Egypte, de l’Orient ancien, de la Grèce archaïque, de la Rome antique, ces objets sont le reflet des préoccupations des savants et collectionneurs des XIXe et XXe siècles. Cette exposition est aussi l’occasion de (re)découvrir des intellectuels et savants chalonnais tels que François Chabas, égyptologue, avec ses voyages et ses achats, a voulu donner aux Chalonnais des objets appartenant aux grands noms de l’archéologie ». Les 6e4 et 6e5 visiteront ce musée après les vacances de Pâques.

présentation du musée sur le site

La classe de 6e2 a eu la chance d’aller au musée Denon. Les élèves séparés en deux groupes ont fait un atelier-dessin sur des vases à l’encre de chine tandis que le second faisait une découverte de l’écriture égyptienne. Plusieurs objets de l’époque antique comme des vases romains ont pu être appréciés par les sixièmes deux.

ELBORG POUTREL

LISON JAY

Fév 09

Un déporté au Collège : Mr Pernot René

 

deporte

 

Le 6 février 2017, nous avons eu l’honneur d’accueillir René Pernot. Il est venu témoigner de son douloureux parcours de déporté.

Fils de résistant à Cormatin il a été arrêté à la place de son père en 1943, il n’avait que 15 ans. Il est passé par Montluc, Compiègne, Weimar puis Buchenwald où il reste jusqu’en avril 1945.

Aux élèves de 3ème 2 puis de 3ème 1, il a raconté avec humilité, honnêteté et une touche d’humour ses années en enfer : sa déportation dans les wagons à bestiaux, son arrivée au camp, son numéro comme seule identité, le travail forcé dans une usine d’armement, la faim, le froid, le manque d’intimité.

Quand les soviétiques entrent en Pologne, les SS l’ont évacué vers Dachau dans un train à charbon. En avril 1945 les Américains délivrent le camp, il pèse 38 kilos, est blessé à la jambe et a contracté le typhus. Trop faible pour être rapatrié à Paris, il est transféré en Suisse pour être soigné. C’est là que son père vient le chercher puis qu’il rentre en Bourgogne.

Tout au long de ce poignant récit, René Pernot dit avoir eu de la chance, il affirme également que sa foi en la Vierge Marie l’a sauvé de cet enfer.

Professeur d’Histoire-Géographie

 

 

Déc 10

Les 3èmes plongés dans l’histoire !

Du 25 Novembre au 07 Décembre une exposition sur les nazis et les camps de concentration était proposée aux 3èmes du collège Saint Dominique.

Du 25 novembre au 07 décembre une exposition intitulée : « Résister dans les camps nazis' »  a été proposée par les archives départementales de Saône et Loire aux élèves de troisièmes dans le cadre de leur cours d’histoire. Cette exposition était en libre service dans le Centre de Documentation et d’Information du collège pour toutes les personnes souhaitant la visiter.

Les 3èmes sont venus avec leur professeur d’histoire. Ils avaient un questionnaire à remplir afin de les aider à mieux comprendre les conditions de vie dans les camps nazis. Voila un exemple de questions qui nous a été proposé : « Comment Raymond Juillard (détenu du camp de Buchenwald) résiste-t-il par l’esprit ? » ou encore « Comment Georges Bonjour (déporté à Mauthausen) participe-t-il à la solidarité ? ». Ces questionnaires devaient être rendus complétés à la fin de l’heure à leur professeur pour qu’il les corrige.

Nous avons recueilli le témoignage de Marie-Mathilde ROIZOT BOLDRINI une 3ème elle nous a dit,  « Je trouve que les panneaux étaient très instructifs et contenaient une grande quantité d’informations et toutes très  intéressantes. »

LAMBERT Nathanaëlle 3°4

 

Mai 24

Retour 52 ans avant J.C.

Le lundi 9 mai 2016, les classes de 6°4 et 6°5 sont parties sur le site archéologique d’Alésia, accompagnées de M. Dury et de M. Scherer, professeurs d’histoire et de géographie ainsi que de deux parents volontaires.

Tous les ans, les enseignants d’histoire organisent une sortie pour les classes de sixièmes. Cette année, les élèves sont partis à Alésia, au centre d’interprétation de la bataille d’Alésia. M. Dury nous a affirmé qu’ils ont choisi ce lieu en raison des différents divertissements pédagogiques proposés. Les élèves ont visionné un documentaire où l’on peut voir se dérouler un entraînement de légionnaires romains, puis gaulois, ainsi qu’une présentation des armes et des tenues. Sur le site, les élèves ont pu voir des reconstitutions de fortifications, de tours, de pièges et de camps situés dans les plaines.

L’après-midi, les élèves ont visité le musée et ils ont participé à un atelier découverte d’objets romains et gaulois. A certaines heures de la journée, des entraînements et des combats de légionnaires romains contre des Gaulois sont proposés au centre d’interprétation.

Cette expédition a plu à tous les élèves ainsi qu’aux adultes présents.

 

Océane Blonde – Leledy Elise 4°4
Alésia par St_Dominique