Mar 24

Concours défi mots

Jeudi 15 mars, nous avons interviewé Mme Broux, professeur de Français  au sujet de défi mots.

Marina et Pascaline : En quoi consiste le concours Défi’mots ?

Mme Broux : C’est un concours généraliste sur la langue française et les questions portent sur le vocabulaire, l’orthographe, la grammaire, la syntaxe et la culture littéraire. C’est un concours national ouvert aux élèves de primaire et aux collégiens. C’est un concours solidaire car il permet d’offrir des livres aux enfants défavorisés dans le monde qui n’ont accès ni à la lecture ni à la littérature.

Marina et Pascaline : Quel est l’intérêt de faire participer vos classes ?

Mme Broux : Cela permet aux élèves de travailler les points de langue d’une manière plus ludique puisqu’ils s’entraînent grâce au site officiel du concours  donc, par l’intermédiaire d’un outil numérique. Cela permet une progression personnalisée puisque chaque élève travaille en autonomie avec l’outil informatique. Il peut donc progresser à son rythme.

Marina et Pascaline : Quand se déroule le concours ?

Mme Broux : Le concours se déroule pendant les heures habituelles des cours de Français.

Marina et Pascaline : Peut-on s’y inscrire individuellement ? Si oui, comment s’y inscrire ?

Mme Broux : Sur site, deux participations possibles.

Marina et Pascaline : Quand seront publiés les résultats, et comment les élèves pourront-ils y avoir accès ?

Mme Broux : Du 17 mars 2018 jusqu’à fin avril où il y aura la mise en ligne des résultats et en Mai 2018 envoi de la dotation.

Marina et Pascaline : Est-ce que le collège a déjà été sur le podium ?

Mme Broux : Il y a déjà eu deux sixièmes et deux cinquièmes de Saint-Dominique parmi les 60 premiers.

 

Mar 22

Fin de la quinzaine scientifique

La quinzaine scientifique, du 5 au 16 mars, s’est terminée (cf article du 2 mars 2018) voici un aperçu des différentes manifestations.

Planétarium, la physique autour de l’espace

Le mardi 6 mars les classes de 4èmes ont visité un planétarium gonflable au sein du Collège  et ont pu observer une exposition sur les planètes, les fusées, et l’espace.
Grâce à l’exposition, nous avons appris :
* Qu’une fusée se déplace selon le principe de raction et de la réaction. Ses moteurs éjectent à très grande vitesse une masse très importante de gaz vers l’arrière : c’est l’action. En réaction, la fusée est propulsée aussi fortement vers l’avant, même dans le vide de l’espace. Une fusée décolle en éjectant des gaz vers l’arrière aussi bien dans l’atmosphère que dans l’espace. Elle ne s’appuie sur rien. Une fusée (ou lanceur) fonctionne toujours de façon automatique. Elle n’est jamais pilotée par un homme même quand elle emporte des passagers.
* L’espace commence juste au-dessus de l’atmosphère (à une centaine de kilomètres d’altitude) et s’étend à l’infini. C’est un milieu hostile et violent. L’espace est un terrain d’expérience pour les scientifiques, d’aventure pour les jeunes et de rêve pour tous.
* L’apesanteur est du à l’attraction de la Terre. Tu la ressens au contact d’un obstacle : le sol par exemple.
* L’impesanteur, c’est quand on retire l’obstacle : c’est la chute libre, c’est ce que subissent les spationautes.
* Aujourd’hui, dans l’espace, environ 400 satellites sont en orbite autour de la Terre. Ils sont en majorité 10 fois plus près de nous que de la Lune. La situation d’apesanteur offre aux scientifiques la possibilité d’expérimenter dans des conditions, impossibles à reproduire sur Terre.
* Les sondes spatiales nous permettent d’explorer sans nous déplacer les 8 planètes et les autres objets du système solaire dont on cherche ainsi à connaître l’histoire.
* Tous les satellites se déplacent en permanence, c’est ce qui leur permet de rester sur leur trajectoire autour de la Terre.

Dans le planétarium nous avons observé les étoiles, les planètes, l’espace. À l’intérieur on avait l’impression d’être en plein milieu de l’espace c’était génial affirme la plupart des élèves.
Romane MORIN et Sarah MORNE, 4e4

La tectonique des plaques

Le lundi 12 mars, les  classes de 4èmes ont assisté à une conférence donné par M. Davide Olivero, en salle de 4°1 sur le thème « La tectonique des plaques ».

La terre, comme nous l’a expliqué se célèbre géologue, est composée de 5 couches faites dans différents matériaux. Nous avons en partant du centre de la terre :
* la première partie : partie  centrale de la Terre : le noyau interne   : il est solide et composé en grande partie de  fer et de nickel. Il est donc extrêmement lourd, de plus il est a 6000 degré Celsius, et il se situe a 5150 kilomètres sous la surface.
* la deuxième partie : le noyau externe  à 2890 kilomètres de profondeur. Il est fluide et composé en majeure partie  de fer, de nickel.
* la troisième partie : le manteau inférieur : couche solide à  660 kilomètres sous terre composé de roches appelées péridotites.
* la  quatrième partie, entre 30 et 70 kilomètres (sous les chaînes de montagne) et se nomme le manteau supérieur. Il est composé de deux parties :
-Un couche plastique appelé « l’asthénosphère »
-Une couche plus compacte faite de roches solides, elle s’appelle la « lithosphère » .

La lithosphère est  la couche superficielle qui peut se déplacer sur l’asthénosphère plus ductile : c’est la tectonique des plaques.

La lithosphère se découpe en 12 plaques lithosphériques

Puis nous avons abordé différents sujets importants comme les deux suivants :
– La dérive des continents dont l’idée commence à apparaître au XVI ° siècle quand nous avons commencé à faire des cartes et où nous avons remarqué que les continents s’emboîtaient.
Au XIX ° siècle, M. Pellegrini dit par exemple que tous les continents étaient accrochés pendant la période primaire. Pour faire cette hypothèse il s’appuie sur des plantes et des fossiles identiques dans différents continents. Grâce à ses fossiles, il date la séparation de continents à trois millions d’années.
Au XX° siècle, M. Wegener nomme cet ensemble continental unique la Pangée. À l’appui de sa théorie il avance de nombreux arguments :
– Argument géographique : le complémentarité des continents
– Argument géologique : similitude des roches et des chaînes de montagnes
– Argument climatique : trace de glaciation sur des pays frontaliers à l’époque de la Pangée
– Argument paléontologique :  fossiles de divers êtres vivants identiques sur les différents continents

– Les plaques lithosphériques présentent  trois types de frontières de plaques :
divergence, convergence, transformante.

La tectonique des plaques est prouvée par l’existence des séismes et des volcans.

Elève anonyme : J’ai bien aimé cette expérience car j’ai appris de nombreuses choses, comme par exemple la Pangée.
Artur 4°1 : Je n’ai pas trouvé cela intéressant car c’était trop long et pas très adapté à notre âge.
Aceline 4°1 : Super et intéressant mais un peu trop long. Ce que j’ai préféré est quand il a raconté son expérience personnelle qui était passionnante.

Lison Jay 4ème1

L’EVOLUTION DES ESPECES DECRYPTEE

M. Olivero, que nous avions déjà rencontré l’année dernière lors d’une conférence sur la tectonique des plaques, est intervenu une seconde fois au sein de notre collège, mais pas sur le même sujet…

Arrivé le lundi 12 mars à neuf heures en salle de 4e1, le scientifique nous a conté pendant deux heures la longue et intrigante histoire et de l’évolution des espèces et de son appréhension au fil des siècles.

Les classes de 3e1 et 3e2 étaient au rendez-vous. Après l’installation de celles-ci, M. Olivero débuta sa conférence en l’introduisant par la définition de l’évolution, qui s’avère être un changement, une transformation dans le temps.

« Le plus haut niveau de classification des êtres vivants est le règne qui est divisé en 6 familles : les bactéries, les protistes (organismes unicellulaires), les archées (rien à voir avec les araignées !), les champignons, les végétaux et les animaux » a-t-il développé succinctement, assisté de ses diapositives.

UN COURS CAPTIVANT

« Les grecs, de par leurs observations de fossiles préhistoriques, en conclurent que les espèces évoluaient, il y a de ça 2000 ans ! » s’exclama M. Olivero.

Évoquant les différents conflits de pensées houleux entre religieux et scientifiques sur la question de l’évolution, puis passant par le fixisme jusqu’au néodarwinisme, il n’épargna pas un détail de ce que fut cette longue épopée que l’évolution.

L’après midi c’était au tour des 3ème 3 et 4

Anthoine Platret, 3e1

Conférence sur les trous noirs

Cette conférence a été présentée par Monsieur Cottet, professeur de mathématiques au sein du collège et passionné d’astronomie au point de proposer un atelier annuel sur ce thème et d’animer des conférences lors de la quinzaine des maths.
Le thème général de cette conférence a été la formation des trous noirs. Mr Cottet a commencé par un hommage à Stephen Hawking qui nous a quittés le 14 mars dernier, jour du pi day, soit trois cent ans après la mort de Galilée ! Ce célèbre astrophysicien a travaillé sur les « trous noirs », expression qui date de la relativité générale et ce, même si Einstein n’y croyait pas. Mais qu’est-ce qu’un trou noir ? On peut le comparer à un puits sans fond. En fait c’est un puits gravitationnel au-delà duquel on ne sait pas ce qui se passe ! Le premier d’entre eux a été détecté en 1971 par John Archibald. Pour vous donner une idée du plus gros trou noir, sachez que c’est de l’ordre de quatre millions de masse solaire ! Mais à côté de ces « mastodonte  » tels que le fameux « Garguantua » d’Interstellar, film de science-fiction, d’autres se calculent en micro trous noirs. Mr Cottet a fini cette conférence passionnante sur des calculs mathématiques en lien avec le rayon de Schwarzschild et même si nous n’avons pas tout compris, nous nous sommes rendus compte d’une chose : les maths ouvrent la porte sur un monde encore inconnu et prodigieusement passionnant, permettant, comme nous l’a dit Mr Cottet:  » de rendre intelligible le monde qui nous entoure à travers des équations ».

L’atelier presse

 

 

Mar 02

Quinzaine des sciences au Collège

La quinzaine scientifique, du 5 au 16 mars, succède à la traditionnelle Semaine des Maths durant laquelle un thème en particulier est abordé. Cette année nous pourrons découvrir les liens entre les mathématiques et la notion de mouvement.

A cette occasion, le CDI organise une exposition sur l’histoire des sciences. Le mercredi 14 mars, sera la journée mondiale de Pi : le PI DAY. Plusieurs autres activités seront proposées telles que des conférences (faisant le lien entre les maths et les sciences expérimentales), la visite d’un planétarium gonflable par les classes de 4èmes, et un concours mathématiques interne sous la forme d’un QCM, qui se déroulera le Lundi 12 mars. Une épreuve  pour les 6èmes/5èmes d’une part, et une pour les 4èmes/3èmes d’autre part.

Dans cette même période, une semaine japonaise est organisée au CDI d’où la mise en place d’ateliers de jeu de Go et d’origamis, manière ludique de faire le lien avec les mathématiques !

Pour plus d’informations, n’hésitez à vous documenter au CDI en lisant Cosinus, le magazine des maths et des sciences.

Juline DUMAS et Inès MARASCIA, 5°1

QUINZAINE  SCIENTIFIQUE

Programme

DU 5 AU 16 MARS 2018

DES ATELIERS …
 LUNDI 5 MARS MATINEE : VINCENT BOUDON
(DIRECTEUR DE RECHERCHES AU CNRS)
CALCULS DE DISTANCES DANS L’UNIVERS (3IEME)

LE PLANETARIUM DE LA SAB …
 MARDI 6 MARS MATINEE
SYSTEME SOLAIRE, COSMOS (4IEME)

UN CONCOURS …
 LUNDI 12 MARS À 12H45 EN SALLE D’ETUDE (POUR TOUS)

DES CONFÉRENCES …
 LUNDI 5 MARS MATINEE : VINCENT BOUDON (CNRS)
« MESURES DE DISTANCES DANS L’UNIVERS » (3IEME)
 MARDI 13 MARS À 12H45 EN SALLE 3IEME1 : G.COTTET
« LA LUNETTE ASTRONOMIQUE ET GALILEE » (POUR TOUS)
 JEUDI 15 MARS À 12H45 EN SALLE 3IEME1 : G.COTTET
« LES TROUS NOIRS » (POUR TOUS)
 VENDREDI 16 MARS APRES-MIDI : JOSE-LUIS JARAMILLO (ENSEIGNANT-CHERCHEUR EN MATHEMATIQUES)
« LES ONDES GRAVITATIONNELLES »

UNE EXPOSITION …
 DU 5 AU 16 MARS : « QUESTIONS D’ESPACE » EN SALLE SAINT DOMINIQUE
 DU 5 AU 16 MARS : « QUINZAINE SCIENTIFIQUE AU CDI : PI DAY »

Juin 30

Les 6èmes dans la peau d’un « mathématicien »

En novembre 2016, la classe de sixième3 a rédigé un exercice collectif de mathématiques en classe. Cela a donné l’idée à leur professeur de mathématiques Madame Catimel de poursuivre l’expérience en créant un livre commun de mathématiques. La classe fut immédiatement partante et satisfaite. Ainsi, tout au long de l’année, les élèves ont inventé leurs propres exercices, suivant les sujets abordés dans le but de les inclure dans leur livre.

Des ateliers pour finaliser le livre ont eu lieu pendant la pause méridienne, en compagnie d’une partie des élèves. La couverture et la mise en page ont été réalisées par les élèves.
Le vendredi 23 juin 2017, eut lieu la remise en classe du livre fini, imprimé et relié par Madame Guyon. Monsieur Troubat, directeur adjoint et professeur de Mathématiques, est alors venu dans la classe et a résolu l’un des exercices du livre, sous les yeux attentifs des élèves.
Et ainsi, pour le lundi 26 juin, les élèves ont eu à résoudre un exercice issu de leur propre livre …
Si vous souhaitez le consulter, il est disponible dès aujourd’hui au CDI du collège Saint Dominique et en cliquant sur ce lien
La classe de 6èmes3


La classe de 6èmle 3 par St_Dominique

Mai 22

Le passé et l’avenir de l’aéronautique

A l’IUT de Chalon-sur-Saône s’est déroulé le jeudi 11 mai, le 4ème forum Science et Fiction auquel nous avons participé.

Durant cette journée, notre classe de 3e1, répartie en petits groupes a participé à divers ateliers ayant pour thème l’aéronautique. Parmi ces ateliers, nous avons eu la chance d’assister à la conférence de Vincent Boudon sur les dernières nouvelles de l’exploration du système solaire. Ainsi, nous avons pu apprendre que différentes sondes spatiales ont été lancées dans l’espace afin d’explorer de petites planètes et des astéroïdes tels que Dawn pour CERES et Curiosity pour Mars. Cette conférence portant sur l’avenir nous avons également pu assister à une conférence portant sur le passé : « Sur les traces de l’aéropostale. » Durant cette intervention Franklin Devaux, inventeur de la carte vitale, nous a raconté son périple à bord d’un Catalina de 1934 nommé Princesse des Étoiles, dans le but de revivre le parcours fascinant qu’avait accompli 70 ans avant ses idoles : Mermoz, Guillaumet et Saint Exupéry.

Ces deux conférences ont été fort enrichissantes. Elles nous ont permis de mieux réaliser le décalage entre le passé et l’avenir. Le reste de la journée nous avons pu participer à deux tables rondes par lesquelles nous avons eu beaucoup d’intérêt du fait que les sujets abordés nous parlaient moins.

Les commentaires des élèves sur ces tables rondes sont partagés : « C’était cool. » ; « On aurait dit un plateau TV. » ; « Ils ne parlaient qu’entre eux. » ; « Assez intéressant. » ; « C’était bien, mais c’était long. »

Après tout ça, nous avons découvert les diplômes permettant d’accéder aux métiers de l’air et de l’espace. A travers cette intervention nous avons pu prendre connaissance de divers métiers pour lesquels nous ignorions l’existence, tels que l’aérodynamicien. Comme précédemment, les commentaires des élèves sont mitigés au sujet de cet atelier fait par le CIO et SIO : »Intéressant mais… » ; « Très instructif. » ; « Il n’y avait pas que des métiers avec de longues études. » ; « Elle ne faisait que lire le diapo et lister les métiers. »

D’autres ateliers nous ont permis de découvrir de manière plus ludique le vaste thème qu’est l’aéronautique. Celui concernant le tube de Pitot et son fonctionnement ou encore la complexité d’une piste d’atterrissage.

Pour conclure, la classe a beaucoup apprécié cette journée à l’IUT où nous avons pu apprendre l’histoire de l’aérospatiale et les futures inventions et explorations de ce domaine.

Lucie, Colline, Noëlie, Eve

Mar 19

Les maths et l’univers

jeudi 16 mars, nous avons assisté à une conférence à l’occasion de la semaine des maths.

Jeudi, monsieur Cottet nous a présenté le langage des mathématiques en s’appuyant sur les recherches de Galilée, un mathématicien, géomètre physicien et astronome italien du 17ème siècle. Il nous a également parlé des travaux d’Aristote avec la chute des corps… Le professeur de mathématiques nous a particulièrement parlé de ce sujet. Il nous a expliqué que deux objets de masses différentes peuvent tomber à la même vitesse dans un seul endroit sur terre : une chambre à faire le vide (la plus célèbre étant « Word’s biggest vacuum chamber »). Monsieur Cottet a terminé la conférence sur une question « Les maths existent-ils sans l’humain ? Ou est-ce la seule façon pour nous de comprendre l’univers ? »

LOUTON Sarah

Mar 16

Conférence sur l’astronomie et l’astrophysique de M.BOUDON

Le mardi 14 mars de 12h45 à 14h35 a eu lieu la conférence de M.BOUDON, chercheur en physique pour le CNRS ( Centre National de la Recherche Scientifique ), à Dijon. Cette conférence était principalement destinée aux élèves faisant partie de l’atelier astronomie dirigé par M.COTTET.

M.BOUDON qui est un habitué du collège pour y avoir déjà dispensé des conférences, s’est adressé pour la première fois aux élèves du club d’astronomie. Les membres du club avaient préparé, lors des séances précédentes, des questions qu’ils souhaitaient lui poser. La séance a tout d’abord commencé par un développement sur le travail de M.BOUDON et son parcours professionnel. Le conférencier a donc commencé par expliquer qu’étant jeune il était intéressé par la science physique et les sciences et qu’il avait décidé de passer un bac S puis petit à petit, il avait fini par devenir astrophysicien.  » C’est en choisissant ce que j’aimais faire et le hasard que je suis astrophysicien aujourd’hui  » conclut-il. M.BOUDON est venu au collège avec l’objectif bien précis de donner aux élèves l’envie des sciences afin qu’ils ne les considèrent plus comme ennuyeuses. Son public était conquis,  » J’ai beaucoup aimé et été intéressé par la conférence souhaitant devenir scientifique plus tard  » m’affirme Angélique, membre du club d’astronomie, « C’était super bien !  » me confie également Diana.

Annaléa

Nov 27

Conférence sur la lumière dans l’univers

Le jeudi 19 novembre les classes de 6°5, 5°1, 4°1, 3°1 ont assisté à une conférence sur la lumière dans l’univers en salle d’étude présentée par Monsieur BOUDON, docteur en physiques chargé de recherches au CNRS dans un laboratoire à l’université de Bourgogne.

Durant cette intervention plusieurs thèmes ont été présentés : La lumière dans tous ses états, la couleur des étoiles, l’univers de toutes les couleurs, de quoi sont faits les astres, la première lumière. Dans chaque thème, des diaporamas ont été diffusés aux élèves pour  leur faire découvrir ces informations de manière illustrée.

Pendant cette conférence, il explique comment étudier les astres grâce à la lumière. Les élèves étaient attentifs et intéressés par les explications données par ce dernier.

Madame PERREAUD accompagnée des Messieurs COTTET, TROUBAT et LACROIX ainsi que des associés de Monsieur BOUDON ont encadré cet évenement pour son bon déroulement.

Ce rassemblement a permis aux élèves la découverte des diférentes facettes de la lumière et a enrichi la culture de chacun.

LAHAYE Manon, LAVAILLOTTE Emilien

 
conférence par St_Dominique

 

 

 

 

 

 

 

Mar 23

Les maths, héros de la 2ème guerre mondiale !!!

Dans le cadre de la semaine des maths, M Troubat accompagné de M Cottet ( professeurs de mathématiques ) ont diffusé un film, le jeudi 19 mars entre midi et deux, un film  nommé « Comment les maths ont vaincu Hitler », un titre qui intrigue.

 

Le film proposé était un film historique, accessible à tout le monde. Les élèves présents ont pu découvrir la vie d’un brillant mathématicien britannique durant la seconde guerre mondiale. Cet homme se nomme Alan Turing, il a fait ses études dans la prestigieuse université de Cambridge. Son imagination était féconde mais avec l’arrivée de la 2ème guerre ,il n’a pas pu réaliser tous ses projets. Néanmoins, l’armée fit appel à son brillant cerveau pour déchiffrer les machines allemandes qui envoyaient des messages codés. Après plusieurs tentatives pour déchiffrer la célèbre machine Enigma, il réussit à percer son secret et grâce à lui la guerre se serait fini 2 ans plus tôt. Peut de temps après il inventa sa propre machine nommé  » Bombe « , elle était capable de déchiffrer la machine Enigma. On raconte même que sans lui et sa brillante machine, le débarquement du 6 juin 1944 n’aurait jamais eu lieu. Alan Turing était un mathématicien hors du commun.

Les maths ont belles et bien vaincu Hitler.

 

Mathilde Allégatière et Alix Gacogne.