Déc 17

Début de vie professionnelle pour les 4èmes

Ce mois-ci, les classes de 4èmes, grâce à l’initiative de Mme Guyon, ont reçu Mme Gauthier de l’Espace Jeunesse. Mme Gauthier leur a présenté un des piliers de leur future vie professionnelle : la lettre de motivation pour une demande de stage.

Isabelle Gauthier, Animatrice

La lettre de motivation permet de se présenter en une page. Le plus souvent accompagnée du CV (curriculum vitae, parcours professionnel), elle est adressée à un recruteur, pour lui faire part de sa volonté, de ses motivations.

Mme Gauthier leur a enseigné les « codes » de la lettre de motivation. Il faut tout d’abord mettre ses coordonnées en haut à gauche (nom(s), prénom(s), âge, adresse complète et numéro de téléphone, parental ou personnel) et le lieu et la date en haut à droite. Ensuite, se placent l’objet (motif de la lettre) puis la formule d’appel (Madame, Monsieur).

La rédaction du corps d’une lettre de motivation se divise ensuite en trois paragraphes. Le premier paragraphe permet de se présenter et de reprendre l’objet. Le second doit expliquer au recruteur ses motivations, le choix de l’entreprise et ce que vous pouvez apporter à l’entreprise. Le dernier paragraphe propose enfin une date de rendez-vous.

Après ces formalités viennent la formule de politesse (pouvant éventuellement reprendre le « Madame, Monsieur » de la formule d’appel) et la signature.

Quelques conseils donnés aux élèves : écrire à la main, utiliser une page blanche, qu’il n’y ait ni ratures, ni fautes, ni traces de correcteurs d’orthographe, ni mots soulignés, ni alinéas et une seule couleur dans la rédaction.

Les 4èmes reverront Mme Gauthier pour étudier le CV.

Inès de Cordon et Thiadilde Leroy

Déc 05

Les 4èmes au cinéma

Le jeudi 28 novembre, toutes les classes de 4èmes sont allées voir le film « J’accuse », retraçant l’histoire de l’affaire Dreyfus.

Ce film a beaucoup plu aux élèves de par son contexte historique – la période du 19ème siècle leur plaisant énormément – mais aussi grâce aux détails de l’affaire en question dans le film. Les élèves se sont rendus compte que les juifs n’étaient pas aimés de la société, et qu’ils étaient souvent accusés à tort. Certains ont remarqué que malgré les époques, l’antisémitisme était difficile à enlever. Le film de Roman Polanski ayant déjà fait plus de 500 000 entrées, a été un petit coup de cœur pour les 4èmes, qui sont dorénavant plus intéressés par l’affaire Dreyfus. Ce film, proposant une différente approche du cours d’histoire, met aussi en valeur l’auteur Emile Zola, qui a défendu le capitaine Dreyfus dans son célèbre article « J’accuse… », donnant son titre au film.

Avec la participation de Pauline Lecuelle, Eloïse Savoy et Aurélie Racineux, 4èmes

Gisonda Camilla, Paillard Fanny et  Guichard Eglantine, 3ème4


Nov 28

Objectif Lune !

Les élèves de la classe de 5°3 du Collège Saint Dominique encadrés par Monsieur Cottet, Mesdames Moissenet et Perraud, ont participé à la fête de la science courant octobre sur le thème  « raconter la science et imaginer l’avenir » et plus précisément sur «On a marché sur la Lune» .

Après l’étude des deux BD de Hergé : « Objectif Lune » et « On a marché sur la Lune » (Aventures de Tintin), les élèves ont réalisé des panneaux montrant et comparant les notions scientifiques de la BD avec la réalité.

Monsieur Vincent Boudon (Directeur de recherches au C.N.R.S laboratoire interdisciplinaire Carnot de Bourgogne) est venu leur donner des précisions sur l’histoire de la conquête spatiale vue en cours de mathématiques.

La classe a réalisé une page documentaire sur les grands scientifiques tels que Pierre et Marie Curie, Voltaire… sur une période allant du Siècle des Lumières jusqu’à aujourd’hui pour illustrer la frise chronologique.

Tout le collège a pu voir l’exposition préparée et animée par les élèves de 5°3 au C.D.I pendant deux semaines.

Aurélien Chamouton , Milo Cognolato, et l’atelier presse

Avr 01

CITOYENS NUMERIQUES RESPONSABLES ?

Sommes-nous conscients de la puissance d’un « partage » sur les réseaux ?

Le 19 mars 2019 Madame BOLDRINI a organisé un débat sur les réseaux sociaux pendant une heure de français au CDI. Cette démarche a permis à la classe des 3º1 d’apprendre de nombreuses choses et surtout à prendre conscience de la puissance d’un réseau social.

En ouverture de ce débat Madame BOLDRINI a demandé quels étaient les réseaux sociaux les plus utilisés quotidiennement. La majorité de la classe a surtout Instagram et Snapchat. Ce sont des réseaux très fréquentés par la jeunesse actuelle car beaucoup de différentes choses tournent comme des contenus drôles, les histoires des proches, des « news » ou même des contenus pour sensibiliser les utilisateurs. La plupart du temps ces deux réseaux sociaux sont utilisés pour avoir des conversations avec des amis.

Zone de Texte: « Snapchat et Instagram sont les plus utilisés par les jeunes »

 

  Après avoir caractérisé ces deux réseaux nous avons échangé sur nos « likes » et nos « partages » de contenu car en effet beaucoup d’utilisateurs « like » des contenus sans forcément savoir pourquoi, ni même savoir d’où vient l’information. Cela est d’autant plus grave lorsque l’on « partage » car c’est alors un choix personnel qui nous engage entièrement. En faisant cela les utilisateurs n’ont pas forcément conscience que c’est réellement leur opinion qu’ils affichent.

Prenons l’exemple du terrible attentat de Christchurch en Nouvelle-Zélande qui a fait malheureusement une cinquantaine de morts.

Le terroriste qui avait 28 ans maîtrisait parfaitement la technologie et les codes de la vera-lite. Il était équipé d’une caméra qui a pu transcrire la tuerie en direct sur Facebook et sur d’autres réseaux. La vidéo a été partagée à une vitesse phénoménale. Facebook parlait d’avoir du supprimer plus d’un million et demi de vidéos en 24h et encore plus extravagant pour YouTube qui disait que, après quelques heures de la diffusion en direct, la copie de la vidéo se serait chargée toutes les « une » seconde, sans parler des autres plateformes. Le but de ce terroriste était de transformer ses meurtres en page de pub et d’avoir le plus d’échos possibles à son action. Ce qui a été le cas.

Certes les plateformes des réseauxZone de Texte: Complice de l’apologie du terrorisme en un « clic » auraient pu réagir plus vite pour les supprimer mais le mal était déjà fait.

C’est aux utilisateurs avant tout que revient la responsabilité de leur partage. Comme on a pu le dire avant, le « partage » est un choix personnel. Ici, en « partageant » une telle horreur, les utilisateurs ont montré qu’ils n’avaient non seulement pas conscience de la responsabilité et du poids de leur « clic » mais surtout qu’ils se rendaient ainsi complice de l’apologie du terrorisme.

Alors soyons vigilants. Chaque action sur les réseaux nous engage entièrement. Chaque clic représente notre empreinte numérique et sera toujours traçable. C’est pourquoi il faut être conscient et responsable de nos actes sur Internet.

Thibault LEMAIGNEN

Fév 01

La galette !!!

 

Un moment récréatif au sein de la classe de 4°3 en partageant une galette, gracieusement offerte par la maman de Lila Chaudat.

Auxanne et Ines

Nov 16

Première guerre mondiale : Souvenons-nous

Pour commémorer le centenaire de la fin de la grande guerre, les élèves des classes de 3e2 et 3e4 se sont mis dans la peau des soldats de la grande guerre en écrivant des lettres inspirés de vraies lettres pour les exposer au CDI.

A l’occasion du centenaire de l’armistice, la documentaliste a mis en place une exposition sur le thème  « Père, mère, enfant, en 1914-1918 » prêté  par Le musée Historial de la Grande Guerre qui est partenaire. L’objectif était de rappeler à notre mémoire cette effroyable guerre et mettre en valeur le travail des élèves des classes de 3ème2 et 3ème4, soit l’écriture de lettres fictives dignes de la grande guerre et de ses souffrances.

Depuis le début de cette année, les 3ème 2 et 3ème4 ont étudié la guerre mondiale 14-18 dans diverses matières. Aborder ce sujet dans toutes les matières est une première car cette année est l’année de la commémoration du 100ème anniversaire de cette guerre fratricide.

L’ensemble des travaux a été exposé le 10 novembre à l’église Saint-Pierre lors du concert des Maîtrisiens accompagnés par l’orchestre allemand de Dunningen.

  • En Français, les élèves ont étudié des poèmes ainsi que des lettres écrits par des poilus pour dénoncer l’horreur des tranchées. A leurs tours, les élèves ont fait l’exercice de se mettre à leur place et de rédiger une lettre d’adieu adressée à leurs familles proches. Il eut fallu pour cela utiliser un support cohérent, original et en rapport avec la période. Nos élèves ont fourmillé d’idées : une bouteille, une chaussure, une écorce de bois….
  • En histoire, les élèves non-maîtrisiens ont réalisé des panneaux sur des thèmes précis. Les gueules cassées, l’arrière du front…
  • Les maitrisiens, quant à eux ont participé non seulement par leur écriture mais aussi  par leur voix accompagné par l’orchestre à corde de l’école de musique de Dunningen en Allemagne invité  à venir partager ce moment de fraternité avec eux. Un oratorio a été présenté en concert le 10 novembre, intitulé « L’homme qui titubait dans la guerre ». Des solistes professionnels étaient présents, de jeunes violonistes de 6 ans ont fait des solos. Tout le monde y a mis de son cœur et de son énergie pour faire de cette commémoration on seulement un moment unique remplit d’émotion.

Anaia  et Alexis

Ce fut un moment d’une grande intensité que ce concert donné par la Maîtrise Saint-Charles de Chalon et l’orchestre de l’école de musique de Dunningen, en particulier pour l’interprétation de l’oratorio « 1918, l’Homme qui titubait dans la guerre… »

Une œuvre exceptionnelle interprétée avec grand talent par tous ces jeunes réunis…

Merci aux enfants pour cette belle soirée, aux parents d’élèves pour leur aide, nombreux accompagnateurs, à Thibautl Casters et à madame Paulo.

Samedi prochain les élèves seront en concert à Saint Germain du bois à l’église à 20h00  un concert pour la paix au profit du secours catholique.

Une exposition et un concert  apprécié par les élèves du collège.

Magali

Juin 11

Tournoi de mots-croisés…

Le samedi 26 mai, deux élèves de 5°2, Thomas Lagoutte et Fanny Paillard, du collège Saint-Dominique, ont participé au tournoi final de mot croisés situé à Is-sur-Tille, comme plusieurs autres binômes de 32 autres collèges des académies de Besançon, Dijon et Reims.
Cette manifestation a commencé par un discours d’ouverture poursuivit par le début des épreuves. Chaque binôme possédait une grille placée sur un tréteau. L’ensemble des grilles avait pour thème les insectes. Les conditions de réussite pour passer à la suite du tournoi était de terminer les premiers sans faire de fautes. Nos deux candidats ont perdu et ont poursuivit par le tournoi de consolante auquel ils ont également échoué. Le public à pu participer grâce à une petite grille qu’ils avaient depuis le début du championnat même si leur score ne comptait pas. Les récompenses ont été distribuées à 18h30 ce qui paraissait long pour notre binôme d’élèves.

Les avis de Thomas et de Fanny sont que l’ensemble de cette manifestation était bien mais ils étaient déçus par le manque d’animation du tournoi. Pour cette 18ème édition, nos deux participants pensent qu’ils n’étaient pas assez préparés et que si l’occasion de participer à une prochaine édition se présente, un peu plus d’entrainement ne leur fera aucun mal…

BORDAT Roman 5°2

Avr 08

« Le Horla » au studio 70

Le 30 mars, les 4èmes ont assisté à la représentation du Horla, mis en scène à partir de la célèbre nouvelle écrite par Guy de Maupassant au XIXème siècle.

Cette pièce était une occasion pour les élèves de quatrième de visualiser une œuvre qu’ils étudient en classe dans le cadre de la nouvelle fantastique à leur programme.

Ainsi pendant une heure, au studio 70, Xavier Regnault a maintenu en haleine les spectateurs qui assistaient à la montée de la folie chez le narrateur possédé par ce fameux  » Horla « . Initialement nouvelle fantastique, cette œuvre repose sur le doute : on se sait pas exactement si le personnage est réellement possédé par un esprit malfaisant ou s’il est victime de son imagination et de son délire. Le comédien, lui, a pris le parti de mettre en scène cette seconde possibilité. Les élèves ont ainsi pu voir qu’un même texte peut être mis en scène de manière différente.

Il faut saluer la performance de Xavier Regnault, seul sur scène, qui a su captiver son auditoire comme le prouvent les nombreuses questions lors de l’échange avec son public. Lorsque l’on sait que son autre métier est vigneron, avant d’être comédien, on se dit que certaines personnes possèdent des talents multiples !

 

Juline DUMAS, Inès MARASCIA, Pascaline BOIS, 5°1 et Alice SAUVAT, 5°3

 

 

 

Déc 01

« Prends garde à toi » sur les réseaux sociaux !

Alors que le 28 novembre, le major Ragonneau, figure familière auprès des élèves de Saint Dominique, est venu, cette fois-ci en soirée, discuter avec les parents présents, des dangers inhérents à l’utilisation des réseaux sociaux, les classes de 5°2 et 5°3 ont également échangé sur ce thème et ont à cette occasion, étudié Carmen de Stromaë.

Cette chanson veut mettre en garde les personnes qui sont sur les réseaux sociaux. Le chanteur s’est inspiré de l’opéra  » Carmen » de Bizet, avec notamment la reprise du fameux  » Prends garde à toi « !

Donc les deux parlent d’un danger, pour Stromaë, celui des dangers des réseaux sociaux. Pour moi, si on est sur les réseaux sociaux, il faut être prudent et attentif à ce qu’on fait ou ce qu’on publie. Le côté positif est de pouvoir communiquer avec des personnes que l’on ne voit pas souvent voire pas du tout et de garder malgré tout contact avec elles.

L’histoire  Carmen se finit mal pour les protagonistes. Le militaire tombe amoureux de Carmen mais cette dernière finit par le rejeter. Fou de désespoir, il tue la jeune femme. Cet amour qui est un oiseau rebelle devient un oiseau bleu dans le clip de Stromaë, symbole du réseau social Twitter. Dès son apparition au début du clip, on comprend donc que ce lien qui se tisse avec le protagoniste finira également mal.

Pour moi, utiliser plusieurs réseaux sociaux c’est bien mais il ne faut pas abuser du temps qu’on passe dessus et dans son clip, Stromaë montre bien le danger à trop utiliser internet. Si on passe trop de temps dessus on oublie les personnes qui nous entourent dans le monde réel, ça c’est triste. Et je pense que Stromaë a atteint son objectif avec cette chanson et ce clip.

Alice 5°3

Juin 22

Une pièce de théâtre pour les 6°

Le jeudi 15 juin, monsieur Xavier REGNAULT comédien bénévole de « la Compagnie Réplique à tout » est venu jouer une adaptation personnelle du « Roman de Renart » aux élèves de 6°4 et de 6°5. Les professeurs de français de ces deux classes ont décidé de leur montrer cette œuvre après l’avoir vue elles-mêmes, et de réaliser ce projet commun. Monsieur REGNAULT est déjà venu faire des interventions au collège pour présenter « Le Horla ». Derrière les portraits humoristiques, le « Roman de Renart » révèle une réelle morale de société et nous permet d’avoir une idée des pratiques du Moyen-Âge en restant encore très moderne et en mettant en avant les défauts et travers de la gente humaine !

« la pièce était très instructive et voir jouer un comédien est bien plus intéressant que de lire le livre » nous a confie une élève y assistant.

Merci à monsieur Xavier REGNAULT, et aux professeures organisatrices.

Océane GUILLAMIN et Nathanaëlle LAMBERT