LA PROMESSE DE L’AUBE d’Eric Barbier

Les quatre classes de troisièmes ont eu l’opportunité de découvrir en avant- première au cinéma Axel l’adaptation cinématographique de La Promesse de l’aube, magnifique œuvre de Romain Gary étudiée cette année par les professeures de français. Certains élèves ont choisi de vous donner leur avis sur ce film…

La Promesse de l’Aube est le nouveau film d’Eric Barbier qui sortira officiellement le 20 décembre 2017. Ce film dramatique est une adaptation cinématographique du livre autobiographique de Romain Gary La Promesse de l’Aube.

Ce film n’est pas un chef d’oeuvre en raison de quelques petits défauts, cependant il vaut clairement la peine d’être vu. Les quelques scènes humoristiques, émouvantes et tristes présentes tout au long du film le rendent attrayant.

La Promesse de l’Aube a principalement pour thème l’évolution de la relation mère-fils qui est un des gros points forts du film. Pendant son enfance, Romain Gary est élevé par sa mère Mina Kacew. Cette dernière, lui inculquera un véritable code d’honneur qu’il gardera toute sa vie. Trois scènes mettent bien en valeur ce code.

La première se déroule lorsque Romain Gary rentre chez lui, couvert de boue, après s’être battu. Sa mère se fâche et lui annonce qu’il y a trois raisons valables de se battre : l’honneur, les femmes et la France.

La deuxième scène se passe lorsque Romain lui avoue qu’il s’est fait agressé par un groupe d’adolescents qui l’ont traitée de « sale pétasse juive ». La mère réagit en lui collant une gifle et le prévient que la prochaine fois qu’elle sera insultée,  il devra la défendre même s’il doit y perdre tous ses os.

La dernière scène se passe plus tard dans l’histoire. Romain Gary, adulte, est assis dans un bar. Il voit une jeune femme se faire embêter par un groupe d’hommes et il décide d’aller la défendre alors que sa seule envie est de s’en débarrasser car il la trouve insupportable.

Dans ces trois cas, l’honneur est mis au premier plan et c’est lui qui influence la réaction des protagonistes.

Mina Kacew a toujours prédit un avenir radieux pour son fils. Elle répète souvent : « Tu seras un grand écrivain, un Général et Ambassadeur de France ». Romain Gary, à cause de l’amour qu’il porte à sa mère, ne peut refuser et lui fait la promesse de devenir celui qu’elle a toujours rêvé. La cause de cette promesse s’explique aussi par ce passage de son enfance où tous les habitants leur ont ri au nez quand Mina Kacew leur a dit haut et fort que son fils serait un grand personnage.

L’amour que Romain Gary porte à sa mère est tel qu’il ne veut en aucun cas la décevoir. Il cache donc souvent la vérité pour ne pas l’inquiéter, comme quand il lui explique qu’il publie des nouvelles sous un autre nom que le sien ou encore quand il falsifie la véritable cause pour laquelle il n’a pas été nommé officier.

Le second thème que nous voulons aborder est les changements d’ambiance. En effet, il arrive souvent que l’on passe d’une situation à une autre en un instant. Le comique, le pathétique et la tristesse s’enchainent de manière fluide tout en surprenant le spectateur. Prenons pour exemple la scène d’annonce de Mina à son fils qu’il doit aller tuer Hitler. Au début, l’ambiance est neutre jusqu’à ce que la mère annonce qu’elle a longtemps réfléchi. Le suspense prend le pas jusqu’à ce qu’elle déclare son projet. La réaction de Romain Gary nous plonge alors dans une succession de pensées comiques, pathétiques, angoissantes et dans l’inquiétude.

Le dernier point qui nous a vraiment plu est le jeu des deux acteurs principaux : Pierre Niney et Charlotte Gainsbourg. Les deux rôles sont très bien interprétés et on a vraiment l’impression qu’ils vivent les personnages qu’ils incarnent. Nous gardons tout de même une légère préférence pour Charlotte Gainsbourg qui, avec un peu de maquillage et beaucoup de talent, a su recopier tous les traits de la mère décrits dans le livre. On pourrait prendre n’importe quelle scène où elle apparaît pour illustrer sa performance, mais celle que nous gardons est la scène de l’annonce à son fils qu’il doit aller tuer Hitler. Tous les ingrédients de ce passage sont mêlés avec une perfection qui nous laisse stupéfaits.

Grégoire FULCHIRON et Matéo BORGOTTI

La promesse de l’aube est un film d’Éric Barbier issu du livre autobiographique de Romain Gary. Les acteurs principaux sont, Pierre Niney, dans le rôle de Romain et Charlotte Gainsbourg dans le rôle de sa mère. Ce film sortira très prochainement, le 20 décembre 2017. Son thème porte sur l’amour passionnel entre une mère pleine d’ambition et son fils.

Nous avons bien apprécié ce film et ce dans son intégralité. Vos sentiments seront partagés entre tristesse, comme pour la mort de la mère de Romain, la joie lorsqu’il publie son premier livre, la peur et les frissons dans la scène de l’avion durant la guerre et bien d’autres sentiments encore…

Les acteurs vivent vraiment leur rôle et entrent dans la peau des personnages, Charlotte Gainsbourg (la mère de Romain) est vieillie grâce à du maquillage, nous voyons son évolution physique ainsi que son caractère, elle se durcit et essaie de rentrer dans la peau d’une mère, plutôt ambitieuse. Il en est de même pour Pierre Niney (Romain), nous l’avons vu grandir et évolué aussi bien physiquement que mentalement grâce à l’éducation qu’il a reçue de sa mère.

Ce film vous transportera dans la vie de romain Gary, le temps d’un film, 2h10 pour mieux le connaître. 

Lilie David-Ruget, Lolita Gonnet et Axelle Dury

 

Be Sociable, Share!

Les commentaires sont fermés.