Une leçon de journalisme pour les 4°

Au collège Saint Dominique, le 19 octobre 2017, l‘ancien journaliste Joël Benoît, maintenant retraité, est venu expliquer en quoi consiste le métier de journaliste à toutes les classes de 4èmes dans le cadre du cours de Français, en lien avec la séquence Presse.

Joël Benoît a d’abord été enseignant et clown. Ensuite il a commencé sa carrière de journaliste en 1984 poussé par des personnes. Elles voulaient qu’il soit rédacteur d’un journal de radio appelé Magie de la voix sur Fusion FM. En effet c’était le début de la radio. En 1981 François Mitterrand venait de rendre la radio libre. A l’époque il y avait  quatre stations de radio. Ceux qui voulaient faire de la radio malgré tout devaient se cacher et par exemple émettre depuis un bateau en pleine mer !  » L’important n’est pas que le sujet m’intéresse moi ou les lecteurs mais aussi les agences car si ça ne les intéresse pas elles ne paient pas. » indique Monsieur Benoît. Il ajoute son secret : « Il faut « écouter » pour permettre aux autres d’écouter. »

Deux ans plus tard, après une dispute avec son patron il quitte la radio pour aller faire de la presse écrite dans le journal Le courrier maintenant devenu JSL. Il travaillait sur les faits divers, à l’époque appelés « les chiens écrasés ». Il a été marqué par cette époque de sa vie. Il nous a déclaré : « Ce n’était pas de simples événements, mais des gens ! […] Ce travail m’a permis de connaître les gens ». On s’attache aux personnes en les voyant dans la misère, on ne peut que les aider. Il nous a confié qu’il avait été marqué par la douleur de certains enfants rencontrés sur les lieux du « crime » (accident, incendie…) Mais le devoir d’un journaliste devait être aussi de se poser la question suivante « Comment tenir compte de la souffrance tout en faisant mon travail ? ».

Malgré cela  Monsieur  Benoît voulait davantage de liberté. Il est parti travailler à l’international. Il a donc voyagé au Canada, en URSS, aux États Unis d’Amérique, dans les pays de l’Est, en Allemagne ou encore en Chine où il couvrait les actualités sous le regard vigilant d’un guide qui était son traducteur et le surveillait.  Il a eu quelques problèmes avec les autorités comme des courses poursuites mais ne s’est jamais fait « mettre en taule » a t-il déclaré. De retour en France, Monsieur Benoît a continué à travailler gratuitement pour la télé chinoise. Par la suite, il nous a raconté quelque anecdotes, quelques scoops.

D’ailleurs, la valeur d’un scoop dépend de son importance et de son exclusivité. Il pouvait gagner de 500 à 75000 euros pour un scoop. Il n’a jamais été reporter de guerre mais a déjà eu affaire à des fixeurs (comme celui que nous avons étudié en Français le célèbre Bakhtiyar Haddad). Il nous a ensuite parlé des valeurs et des qualités d’un bon journaliste, comme la curiosité ou le respect, l’importance de s’interroger, ne pas balancer des infos « brutes », ne pas faire de la délation, et pratiquer la mise en perspective ; il s’agit de se poser les questions suivantes : À qui ça apporte ? Qu’est-ce que les gens vont dire ? Il nous a confié que malgré le fait qu’il n’ait jamais fait de très gros scoops, il a tout de même bien  gagné sa vie. Selon Monsieur Benoît, la vie de famille est difficile à concilier avec ce métier.  

Quand il travaillait pour « le courrier » on l’appelait Coco en effet c’est  comme cela qu’on appelle les journalistes de base. Maintenant Joël Benoît est reconnut dans la profession, aujourd’hui  journaliste honoraire « prix » décerné a un journaliste professionnel qui continue d’exercer ses fonctions même à la retraite en donnant des conseils aux nouveaux ou en écrivant encore des articles. Pour clore la séance il nous a déclaré « Journaliste c’est une passion, c’est toute ma vie ! »  La plupart des élèves ont trouvé cette conférence très intéressante, voici leurs ressentis :

ROCHET Swann :

« J’ai trouvé cette conférence très instructive, ça m’a plus car je me suis mis dans la peau du personnage de plus j’ai trouvé cette histoire très émouvante. »

TRIPA Maëlie :

« J’ai trouvé que cette intervention était très constructive, j’ai beaucoup aimé ! Elle m’a permis de voire notre cours sur la presse sous un autre angle. »

GIRARDOT Elisa :

« J’ai trouvé la conférence très intéressante, elle m’a permis de me rendre compte de ce qu’était un vrai journaliste. »

MAISIER Manon :

« J’ai trouvé ça très constructif ! On voit que le métier de journaliste n’est pas facile tous les jours ! C’était super intéressant !! »

JAY Lison

« J’ai pour ma part trouvé cette conférence très émouvante mais j’ai eu du mal à raconter son histoire comme Mr Benoît, avec la  magie dans sa voix,  ses yeux pétillants. Il m’ a transmis sa passion. »  

Par LISON JAY, ELBORG POUTREL ET ETIENNE DECLOUX

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.