Jan 18

No et moi et… nous !


Les apprentis journalistes de cette année ont lu No et Moi écrit par Delphine de Vigan en 2007. La narratrice : Lou Bertignac, est une élève précoce de 13 ans en classe de seconde. Elle rencontre No, une jeune SDF de 18 ans…

Quel écho a rencontré ce livre auprès des élèves de 5°3 ?

Dans le roman No et moi  (Delphine de Vigan), on découvre une fille de 13ans – son âge correspond à peu près aux nôtres – ravie de bien faire et qui possède une intelligence hors du commun, et en plus précoce ce qui lui donne beaucoup de facilités. Elle aide une SDF et l’héberge même pendant un certain temps. Nous avons des choses en commun comme être des enfants précoces, nous avons des projets pour aider les SDF comme leur donner des boites pour des besoins du quotidien mais en plus comme c’est la période de Noël, nous donnons aussi quelques douceurs à ceux qui sont dans la difficulté. Mais nous avons quand même des différences : Lou adore travailler mais nous pas trop et elle passe la plupart de son temps à réaliser des expériences ; nous, nous avons d’autres occupations !

Milo Delpon, Maxence Jay, Clelia Mathieu et rose Albran

Lorsque Lou est face à une évaluation ou un exposé, elle a la boule au ventre car, elle stresse même si elle peut réussir. 

Antoine Guillaumé

Elle a des problèmes de sociabilité comme certains d’entre nous ! Elle ne sait donc pas parler avec les autre comme si il lui manquait quelque chose.

Desterbecq Bastien

Comme Lou, j’aime bien aider mes amis et elle est surtout très gentille comme moi. Elle est intelligente comme moi. Elle n’aime pas les exposé, moi non plus ! Ni passer devant les autres. Lou s’investit dans ses projets, moi également. Pierre

J’ai plusieurs ressemblance avec Lou Bertignac : tout d’abord, Lou est une jeune fille qui a environ mon âge. Comme elle, j’aime beaucoup lire même si mes lectures ne sont pas les mêmes (je préfère lire des dystopies) et je suis assez timide comme elle. Artémise

J’aime bien observer les gens dans la rue. Je n’aime pas trop les exposés. Juliette

Mon premier point commun avec Lou Bertignac est que j’ai sauté deux classe, ensuite, j’adore regarder les gens et, surtout, observer leur différence. Elle a peu d’amis à l’école, et, jusqu’à présent, j’en ai aussi peu. Elle aime beaucoup lire et j’adore ça aussi. Toujours en lien avec la littérature, je lis très vite et beaucoup de livres sur des sujets similaires tel que : Je ne t’aime pas, Paulus d’Agnès Desarthe. Finalement, j’ai assez peu de différence avec Lou. Premièrement, je ne suis pas une fille, ensuite, je ne suis pas au lycée et, enfin, je ne connais pas bien les sans-abris.

Hyacinthe



Jan 18

15ème 123 Albums

Cette année pour la 15ème  édition d’1 2 3 albums, c’est à la classe de 3°3 que revient l’honneur de lancer le voyage lecture aux classes de 6°, 5° ainsi qu’une classe de CM2 en leur présentant la scénographie les 12 et 14 janvier 2021.

Cette mise en scène a pour but de présenter 8 albums intergénérationnels qui traitent des thèmes aussi variés tels la place de la femme dans la société, la vieillesse et sa représentation, les migrants. L’objectif de ce voyage est de créer, partager, lire, découvrir…  Les élèves de CM2, 6° et 5° devront lire et voter pour leurs 3 albums préférés.  Après s’être répartis les rôles, les troisièmes ont dû apprendre leur texte par cœur. Pendant les cours de Français, ils ont eu des entraînements devant leurs camarades. Une semaine avant le passage devant les classes, ils ont eu une répétition générale afin de se mettre en condition. Leur professeur de Français, Madame Boldrini, a choisi cette classe pour faire la scénographie dans le cadre d’un concours de l’éloquence, pour leur donner un avant goût de l’oral et des prochaines prestations à assumer tant au brevet qu’au baccalauréat. Certains d’entre eux trouvent que cet exercice leur ont donné une confiance en soi à l’image de Morgane : Au début je n’étais pas pas du tout motivée par ce projet car je déteste parler en public. Mais après l’apprentissage du texte et les répétitions, j’ai pris confiance en moi et j’ai apprécié faire cela. Et d’autres ont  appris à gérer leur stress.

En général les élèves ont beaucoup apprécié de faire ce projet pour s’entraîner à l’oral.

Mazoyer Jade, Dallavalle Isaline, Polato Morgane, Seteen Chloé, Ferreira Hugo, Denis Maximilien, Jacquin Clément, Ilkan Karal 

Jan 07

Soirée de Noël à l’internat

Pour clôturer cette année une soirée était proposée aux élèves de l’internat mercredi 16 décembre. Au programme à 19h00 repas au self de l’internat préparé par la société elior puis jeux de groupes au foyer des collégiens.

Pour le premier jeu les élèves devait réaliser la plus belle carte de vœux… ils avaient pour cela à disposition des feutres, ciseaux, colle, feuilles etc pour une réalisation qui ne devait pas dépasser 10 minutes. Ensuite pour le deuxième jeux ils devaient trouver une énigme avec des codes secrets. Le troisième jeux s’adressait aux plus agiles car c’était un parcours sportif, il fallait ramasser le plus d’objets de Noël sans toucher les fils qui étaient installés tout cela bien chronométré.

Pour terminer les élèves se sont affrontés autour d’un blind test sur des chansons de Noël. A chaque victoire chacun des joueurs des équipes se voyait récompensés par des papillotes mais à la fin tout le monde a gagné car tous les enfants ont reçu des friandises.

Bon moment convivial et sympathique qui a permis le temps d’une soirée d’oublier un peu les écrans, de se retrouver tous ensemble et de jouer et de partager un bon moment. Un grand merci à Chloé pour la préparation des jeux et l’animation de cette soirée et merci à Isabel et Magali pour l’aide apportée.

Rendez vous en 2021 pour d’autres aventures.

Magali


Déc 19

Aubade au Collège

La maîtrise Saint Charles, cette fin d’après midi devant l’ensemble des collégiens en plein air, protocole oblige.`

C’est dans une ambiance chaleureuse et bienveillante que les collégiens ont pu apprécier l’aubade de la Maîtrise en plein air. Les élèves se sont retrouvés en fin d’après midi dans la cour du collège afin d’écouter des chants multiples et variés : Alice therme (Danny Elfman), Cerf volant (Bruno Coulais) et bien d’autres. Une première expérience qui s’est révélé intéressante car pas facile pour nos jeunes choristes de chanter en plein air et de surcroit masqués.

Belle expérience aussi pour leur chef de chœur et le pianiste pour qui c’était aussi une première expérience. Cette prestation était la bienvenue pour ces jeunes choristes qui ne peuvent pas se produire en concert du fait de la crise sanitaire. Il faut donc penser autrement.

En début d’après midi, les CE1-CE2 de la Maîtrise en plein enregistrement.

https://www.facebook.com/watch/?v=825139934942400

Véronique Guyon

Déc 18

Nouvelle expérience au CDI

Jeudi dernier, une trentaine de collégiens étaient présents pour la première séance du « Ciné débat » dont une majorité de 6èmes.

C’est l’association « Unis-cité » composé de jeunes faisant leur service civique qui s’est mise au service des établissements scolaires pour leur faire découvrir des films plus particulièrement des cours métrages. l’objectif étant de diffuser un film et d’animer ensuite le débat sur le sujet de ce dernier.

Jeunes du service civique

Ils ont découvert « Derrière les nuages » dont le sujet porte sur un jeune chinois qui se fait voler son téléphone. Vingt deux minutes de projection, puis lancement du débat. Ce dernier fut très animé, beaucoup de questions .

De nouvelles rencontres auront lieu deux fois par mois au CDI, vous trouverez prochainement le planning sur ESIDOC. Ce rendez-vous bi-mensuel est ouvert à tous les élèves du collèges sur inscription.

Véronique Guyon, documentaliste

Déc 18

Colis de Noël pour les Sans Domicile Fixe


La classe de 5°3 et leur professeur principal Madame Lemaignen ont proposé de relayer au collège Saint Dominique un projet de La Croix Rouge en lien avec la paroisse Saint-Just de Bretenières.

La classe de 5ème 3

Ce projet consiste à offrir une boite remplie de bonnes intentions aux Sans Domicile Fixe. Cette initiative a vu le jour cette année car, à cause de la crise sanitaire, le repas de Noël pour les plus démunis habituellement organisé à été annulé. Ces boîtes ont été remplies de vêtements chauds, de produits d’hygiène ainsi que de petites douceurs, le tout accompagné d’une carte personnelle.

Ce projet a eu beaucoup de succès au sein du collège, 71 boîtes ont été récoltées! Or il y a environ 70 sans abris à Chalon-sur-Saône. Cette collecte sera distribuée le 16 décembre 2020 au cours de maraudes ; concernant Chalon, deux camions partiront tôt le matin et s’arrêteront à deux endroits dans la ville, où ils remettront les cadeaux aux SDF. Les boîtes en plus seront remises à des associations autour de Chalon.

Rose Béjot, Camille Dumas, Eloise Bailly et Théo Nardin , 5ème3

Déc 18

Cinéma à l’internat

Comme il est impossible d’aller au cinéma c’est le cinéma qui est venu à l’internat. Grace à l’association unis-cité les élèves avaient la possibilité d’assister à la projection d’un film suivi d’un débat.

C’est dans le foyer des collégiens que la projection a eu lieu 12 internes étaient présents, ils se sont mis à l’aise en s’installant sur des tapis avec couettes et oreillers.

La responsable de l’association s’est présentée et ainsi que les deux jeunes filles en contrat civique qui devaient animer en fin de séance le débat. Elle a également parlé rapidement de l’association qui a pour but de promouvoir le service civique des jeunes en organisant des actions.

Les élèves ont regardé le film Billy Eliott et ensuite ont pu raconter aux deux jeunes filles les impressions ressenties.

Elles ont demandé aux élèves la morale de l’histoire et ensuite elles ont montré des images concernant le sport pour indiquer aux jeunes que les sports ne sont pas réservés qu’aux garçons ou aux filles mais que chacun était libre de pratiquer le sport qu’il voulait.

Un débat et des échanges très productifs et très intéressants ont eu lieu. Les élèves ont aimé le film, pour certains ils ont trouvé le personnage du papa assez violent et injuste car l’enfant au départ ne peut pas faire le sport qu’il veut mais heureusement au final le papa va voir son fils danser sur scène et va être touché et ému et va ainsi changer d’avis et autoriser son fils à passer un concours pour rentrer dans une grand école de danse.

Après la projection, les élèves se sont retrouvés au self de l’internat pour un goûter amélioré avec boissons, pains, chocolat et fruits puis sont montés en étude pour faire les devoirs.

L’association unis cité reviendra au mois de janvier pour une autre projection suivie d’un autre échange.

Magali Fasulo


Déc 15

Sport séquestré ! Mais pas annulé…


En cette période de confinement, tout le monde est enfermé, ce qui provoque un changement des habitudes, les gens recherchent alors un moyen d’évasion intérieur, le sport en est un. Ce loisir a été pratiqué, certains l’utilisent pour se vider la tête, pour d’autres c’est un temps de réflexion.

Étant confinées, certaines personnes dessinent, d’autres lisent, ou encore écrivent des poèmes… tous sont des moyens d’évasions, libérant nos journées et nous faisant voyager intérieurement. Le sport est un de ces moments, qui comme les autres, permet de se détendre et « d’évacuer » notre vécu intime, il permet de s’évader du stress du travail, de toutes les routines familiales, des nouvelles technologies, nous déconnecte du monde de l’industrie, « le sport nous détache du monde du travail », dit Sylvie GRUSZCZYNSKI, basketteuse professionnelle, car il sécrète des endorphines qui calment.

Christophe Lemaitre, double médaillé d’or aux jeux olympiques et sacré champion du monde junior, détenant le  record de France du 200m s’entraîne en forêt avec son coach, il dit que le sport le détache de la réalité difficile du confinement. Comme tous les grands sportifs, il dispose de dérogations supplémentaires pour pratiquer sa passion. En somme, comme les grands champions n’ont plus de compétitions, ils se rapprochent plus de l’objectif premier du sport, donc de l’évacuation du stress et de l’entretien physique.

Pour la majorité d’entre nous, le sport est un moyen d’oublier la journée passée, de se concentrer sur sa pratique et de n’avoir en tête que l’instant présent. Le sport créé des interactions avec la nature, il nous fait prendre un nouvel air, par exemple, il est une des seules possibilités d’aller dehors, particulièrement pour ceux qui n’ont pas de jardin ; d’ailleurs, lorsque nous courrons, le bruit de nos pas nous détend, chacun se concentre pour avoir un souffle régulier, et l’air extérieur nous vide la tête.

Pour une autre partie, cette pratique sportive est un moment de pure réflexion, comme par exemple après une dure journée, le sport permet de se détendre et de réfléchir sereinement et de manière rétrospective à nos soucis et autres événements quotidiens.

L’activité physique permet, dans certains cas de relâcher ses émotions, d’évacuer sa colère ou au contraire de se défouler après un événement joyeux.

RENAULT-LAUTREDOUX Alban / DESCOMBIN BILLON Louis / PHILIP Jean / TROUBAT Eliot 

Déc 15

L’éloge de l’imagination


Pendant le confinement 2020, à cause de l’épidémie, plusieurs heures ont été déshabillées de leurs occupations majeures. Du temps offert…, du temps de repos, mais il y a toujours un revers à la médaille. Les frontières de la majorité des pays ont été fermée et les mouvements des civils ont été  restreints au minimum. Quels moyens peut-on utiliser pour s’échapper dans de telles conditions ?

Imaginer et rêver. Telles sont les premières clefs ouvrant l’immense porte forgée de métal, vous empêchant de voyager chez vous. Quelle est la différence entre les deux, me demanderiez-vous ?  Commencez par imaginer une plage dorée, calme, le bruit des vagues déferlant avec douceur sur la plage. Imaginez maintenant la chaleureuse lumière du soleil sur votre peau. Ajoutez à cette image, des êtres qui vous sont chers…

Et au moment précis où vous terminez de peindre avec votre imagination ce tableau paradisiaque, vous rêvez. A partir de cet instant, l’exercice se complexifie, sans aucune bride , aucune limite, laissez le fougueux étalon de votre imagination partir au galop. Elle qui fut endormie, par la routine, et autre somnifère de notre quotidien, vous avez maintenant la possibilité de l’élever au summum de ses capacités. Une fois cet objectif accompli, vous accéderez à milles idées, vous permettant de vous épanouir dans votre art. Cet art quel qu’il soit vous permettra de voyager.

Peu importe votre spécialité, elle vous permettra de réduire considérablement votre temps d’ennui, vous ne serez plus chez vous, dans votre chambre ou votre canapé. Vous serez dans votre monde, où seuls vivent vos rêves et vos idées. Et dans ce monde créé de votre fantaisie, vous aurez la possibilité de toutes les réaliser. Ce sera peut être pendant le confinement, que naîtra en vous, l’idée d’une série Netflix ou d’un film révolutionnaire. Peut être que ce confinement vous permettra de créer de vos mains et avec vos pinceaux, un chef-d’œuvre digne d’un Van Gogh ou une planche de dessins constituant votre toute 1ère bande dessinée.

Si vous n’êtes pas un artiste. Alors vous avez la seconde possibilité, asseyez vous dans votre canapé, et ne faites rien. Laissez vos pensées vagabonder, suivez les distraitement, elle vous emmèneront sans doute dans des lieux magnifiques, des plages blanches du Mexique jusqu’au banquises gelées de l’arctique.  Vous vous apercevrez qu’aucune restriction, aucune limite, ne pourra vous arrêter, vous pourrez être là où vous le souhaitez. Même un monde issu de l’imagination cinématographique, vous sera accessible. Vous pourriez vivre une aventure dont vous êtes le héros : Braqueur de banques, résistant pendant la guerre, ou milliardaire profitant de votre Yacht. Tout ces rôles vous seront accessibles, tout cela grâce à votre imagination…

Je vous propose dès lors d’explorer vos rêves, de partir à la découverte d’histoire fantastique. Tout en restant chez vous…

Gabriel Bel , Collège Saint Dominique